La Petite Bardane
Arctium minus

                   

Tous les jeunes enfants vivants à la campagne connaissent la Bardane et, plus spécialement, ses capitules. Il est amusant, en effet, de lancer ses inflorescences qui s'accrochent dans les vêtements par les bractées de l'involucre, très pointues et recourbées à leur extrémité comme autant de petits hameçons - le nom Arctium, d'origine grecque, évoquerait en effet l'ours (arktos) ... ou l'oursin. La plante bisannuelle, se dessèche et meurt après la formation des fruits, et donc, lorsqu'un animal à fourrure frôle la Bardane, les capitules s'y accrochent et sont disséminés de cette manière. Ses akènes ne sont d'ailleurs guère adaptés à la dissémination par le vent, à la différence de beaucoup de Composées : ici, point d'aigrettes en forme de parachutes, mais seulement une courte couronne de cils raides.
Répartie dans toute l'Eurasie tempérée, la Petite Bardane, comme d'ailleurs l'espèce voisine et plus robuste nommée Grande Bardane, est une habitante des bords de route, et surtout des friches et des lisières forestières. Toutes deux aiment les stations bien pourvue en azote. On prête à ces plantes des vertus médicinales. Les feuilles étaient appliquées sur les écorchures et les ulcères ainsi que sur les furoncles et les fruits prescrits contre la sciatique.