Cliquez sur les photos pour les agrandir

 


Le Balbuzard pêcheur
Pandion haliaetus

 
 

Un grand oiseau très fin de silhouette gracieuse, le dessus du corps et des ailes sont sombres tandis le dessous est contrasté blanc et gris foncé, il a de très longues ailes, assez fines et souvent arquées.
De 145 à 175 cm d’envergure pour une longueur de 55 à 62 com.

Il ne niche pas chez nous, c’est dans les pays Nordiques et surtout en Suède et en Finlande que vous le rencontrerez le plus souvent pour la nidification mais il prend ses quartiers d’hiver en Afrique et passe donc par nos régions pendant le voyage. Si l’endroit lui convient, il peut rester plusieurs semaines avant de repartir vers le soleil, il a évidemment besoin d’un plan d’eau pour se nourrir, nous avons eu l’occasion de l’observer au lac de Bambois fin août début septembre et nous le reverrons en mars avril quand il remontera dans le Nord.

Comme son nom l’indique, c’est un pêcheur, il s’installe donc le long de lacs et étangs où il aura l’occasion d’attraper quelques poissons mais l’eau doit être claire et non polluée, il fréquente aussi bien les eaux douces et saumâtres que la mer. Lorsque les conditions climatiques ne lui permettent pas de pêcher, il peut aussi manger des petits rongeurs, oiseaux, reptiles, amphibiens et autres crustacés.

Il donne de la voix seulement pendant la période de nidification, pendant les vols nuptiaux ou quand il est dérangé au nid, ce sont des courts sifflements lents ou rapides « djip djip djip djip ». Quand il est dérangé au nid il pousse un ri d’alarme aigu « piuc piuc ».

Il fait son nid à la cime des arbres avec une préférence pour le pin sylvestre, c’est le mâle qui apporte les matériaux et la femelle construit le nid. La ponte comprend généralement 3 œufs parfois 4 et l’incubation dure de 38 à 41 jours. C’est le mâle qui nourrit la famille jusqu’à l’envol des juvéniles à 7 à 8 semaines.


Reproduction interdite sans autorisation © Alain Fossé

Cliquez sur les photos pour les agrandir


Reproduction interdite sans autorisation © René Dumoulin