Cliquez sur les photos pour les agrandir

 

 


Le Hibou Grand Duc
Bubo bubo

 

Cliquez sur les photos
pour les agrandir


Reproduction interdite sans autorisation
© Grégoire Trunet

 


Reproduction interdite sans autorisation

 


Reproduction interdite sans autorisation
© Roland Clerc

 

Le hibou grand-duc appelé aussi grand-duc d'Europe est un des rapaces nocturnes les plus puissants d'Europe. C'est même le plus grand rapace nocturne du monde.

Description
Avec ses 70 cm de haut, le grand-duc est le plus grand des rapaces nocturnes d'Europe : il fait le double de son congénère le hibou moyen-duc. Qualifiée d'aristocratique, sa silhouette est massive, sa tête, piquée de 2 gros yeux rouge-orangés est surmontée d'aigrettes de 8 cm env. (normalement horizontales et un peu repliées vers l'arrière), que l'oiseau dresse verticalement s'il est excité ou dérangé. Rappelons que ces aigrettes ne jouent aucun rôle dans l'audition.
Mimétique aux branchages, son plumage est brun-roussâtre dessus, taché et rayé de brun noir. Le dessous est plus clair, fauve avec des stries longitudinales et des zébrures transversales de couleur brun foncé.

Poids et mesures
Poids : 2 à 2,8 kg pour le mâle, et 2,5 à 3,3kg pour la femelle.
Longueur : 65 à 70 cm.
Envergure : 160 à 180 cm.

Voix
Un « bouhou » ou un « ouhouhou-ou-ouhouhouhouhou » (d'où son nom latin, Bubo bubo) audible de loin, ainsi que toutes sortes d'autres bruits.
Longévité : plus de 20 ans en liberté.

Mœurs
Alimentation, sa nourriture est des plus variées : rongeurs, lapins, lièvres, hérissons, oiseaux (corbeaux, pigeons, perdrix, oiseaux marins..., et même d'autres rapaces diurnes et nocturnes). Pour ce faire il n'hésite pas la nuit tombée à parcourir cent lieues : d'où l'expression « faire la tournée des grands ducs » appliquée le plus souvent à de joyeux noctambules.
Pelote de réjection : 10 cm de long.

Habitat
Répandu dans toute l'Europe en dehors de la partie la plus occidentale, en Belgique, nous en avons peu, ils recherchent les carrières désaffectées et les zones rocheuses du centre et du sud. Dans le reste de l'Europe, on le rencontre aussi bien dans les plaines que dans les montagnes. Il aime particulièrement les falaises, près des plans d'eau.
Très discret, il s'installe sur des corniches rocheuses, sur les remparts d'un vieux château ou à même le sol, parfois dans les régions du nord, dans un trou d'arbre mais sans aucun doute, sa préférence va aux grandes falaises proches d'un plan d'eau.

Reproduction
Fin mars, début avril, il construit un nid simplement garni de restes de poils ou plumes arrachés à ses proies.
La femelle y pond 2 à 4 œufs qu'elle couve seule pendant 32 à 37 jours, tandis que le mâle lui apporte la nourriture. Une fois éclos, les petits sont protégés par la mère des intempéries, du soleil. Un mois et demi plus tard environ, les petits quittent le nid mais restent à proximité. À trois mois, ils savent parfaitement voler. Oeuf: 51 à 73 x 42 à 54 mm

Menaces
L'œil du Grand-duc, lui permet de voir dans le noir, mais comme celui des chouettes et d'autres animaux nocturnes, il est très sensible à l'éblouissement par les phares de voitures ou l'éclairage nocturne, exposant l'animal à des collisions avec des véhicules.
Il a en Europe longtemps été pourchassé comme oiseau de malheur ou parce qu'on croyait se protéger en le clouant sur les portes de granges, avant qu'on ne s'aperçoive de sa grande utilité écologique et agronomique et qu'il soit protégé par la loi. Les causes de sa disparition sont le recul, la dégradation ou la fragmentation écologique de son habitat, les pesticides agricoles, les poisons utilisés contre les rongeurs (bromadiolone notamment) et la pollution lumineuse car il est très sensible à l'éblouissement des phares de voitures. Il semble, comme d'autres rapaces pouvoir être vulnérable au virus H5N1 hautement pathogène de la Grippe aviaire.

   

Merci à Pascal, Roland et Grégoire pour ces magnifiques photos.