Cliquez sur les photos pour les agrandir

 


L'hirondelle rustique
ou de cheminée

 
 


Ce qu'on remarque en premier lieu chez les hirondelles c'est leur incroyable sveltesse et leur queue prolongée par deux longs filets, chez celle-ci la gorge est marron-roux et le dos bleu métallique sombre, les filets de la queue sont plus longs chez le mâle que chez la femelle. Les jeunes ont la gorge et le dos assez ternes, le duvet est gris, épars et assez long.

Elles donnent de la voix en émettant un gazouillement rapide composé de nombreux tons mêlés de quelques sons ronronnants, le cri d'appel : "ouitt ouitt".

Elles nichent fréquemment dans les régions cultivées habitées, la saison des nids s'étend de mai à août avec 2 à 3 couvées par an.
Le nid est généralement construit à l'intérieur des étables et aussi des maisons, il est en forme de coupe fait de boue. Les hirondelles confectionnent des petites boules de terre argileuse mélangée avec des brins d'herbe collés à la salive. Le nid est ensuite garni de plumes et de fine paille.

La couvée se compose de 4 à 5 oeufs blancs tachés de marron-roux, l'incubation dure de 14 à 17 jours et est assurée par la femelle, ensuite les deux parents nourrissent les petits pendant 20 à 22 jours.

Elles se nourrissent d'insectes volants.

Nos hirondelles passent l'hiver au Nord de l'équateur. Le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Centrafrique; sont les pays que choisissent les hirondelles qui nichent en France (soit des distances de 5 à 7000Kms) contrairement aux hirondelles russes et anglaises qui préfèreront les pays au sud de l'équateur (soit des distances souvent supérieures à 10000Kms). Dans ces pays, elles profiteront des nombreux insectes présents (si toutefois on n'aura pas décidé de tout anéantir par des pesticides dévastateurs). Elles pourront ainsi se refaire une santé et en profiteront également pour remettre leur plumage à neuf.

Fin janvier, un irrésistible besoin de se reproduire gagne progressivement nos migratrices ailées. Ici en Afrique, tout va pour le mieux, la nourriture est abondante, le climat agréable. Qu'est-ce qui peut bien pousser ces oiseaux à quitter ces lieux paradisiaques ? C'est probablement que depuis très longtemps, elles ont choisi l'Europe pour nicher. Ces contrées sont certes lointaines, mais là bas, la concurrence est faible pour attraper les mouches, moucherons, moustiques et tipules qui pullulent dans les marais et les étables.

Alors, cela vaut peut-être bien la peine de faire autant de chemin, oui mais sans trop flâner, car le premier arrivé aura la meilleure place dans l'étable !

 


Reproduction interdite sans autorisation
© Aurélien Audevard

Cliquez sur les photos pour les agrandir


Reproduction interdite sans autorisation
© Alain Fossé

 

Merci à Alain, René, Didier et  Biopix pour ces magnifiques photos.