Cliquez sur les photos pour les agrandir

 

 

 


Le Milan royal
Milvus milvus

 

Le Milan royal est un grand rapace dont l’envergure peut atteindre 180 cm. pour une longueur de corps de 60 cm. C’est un oiseau fin avec une longue queue profondément échancrée de couleur rouille. Il vole à coups d’ailes lents et souples. Outre sa queue échancrée, on le reconnaît aussi à ses marques blanches au bout des ailes. Les adultes sont tachés de rouille avec une tête gris clair, les juvéniles sont plus sombre à tête plus brune. Les pattes sont jaunes et les yeux jaune orange.
Son cri ressemble à celui de la Buse variable mais il ne se fait entendre qu’à proximité de son aire de nidification.
C’est un oiseau européen, il ne migre pas en Afrique, il passe l’hiver en Méditerranée et en Espagne, toutefois une population a élu domicile définitivement dans le sud de l’Angleterre.

Le Milan royal préfère les paysages de plaines ou de collines avec forêts, bois, champs, prairies lacs et rivières, il est moins dépendant de l’eau que le Milan noir.
Son nid est haut perché dans les arbres et est composé de brindilles et de branches avec un petit creux rembourré de débris végétaux, papiers et chiffons trouvés ça et là.

La couvée compte généralement 3 œufs blanc chaux tachés de gris et de brun, l’incubation dure 4 semaines et est assurée par la femelle, les jeunes s’envolent à 50 jours.
Le Milan royal a une nourriture assez variée suivant l’endroit où il se trouve, ils préfèrent les mammifères, les poissons mais chassent aussi les oiseaux mais il est très difficile de dire si leurs proies étaient vivantes ou pas lors de la capture car ils se nourrissent aussi de cadavres.

Ce rapace a été, comme la plupart des oiseaux de proie, exterminé à la fin du XIXème siècle et dans la première moitié du XXème, il est maintenant protégé mais subit encore de lourdes pertes ( surtout en France) à cause de l’emploi accru des pesticides contre les rongeurs.En Espagne et au Portugal c’est le braconnage et l’emploi d’appât empoisonnés qui sont la cause de leur déclin.
En Wallonie on dénombre environ 80 couples nicheurs.

 

 


Reproduction interdite sans autorisation © Roland Ripoll

Cliquez sur les photos pour les agrandir


Reproduction interdite sans autorisation © Yves Thonnerieux