Cliquez sur les photos pour les agrandir

 


Le moineau domestique

 

 
 

Nous l’appelons domestique car il n’est jamais bien loin des hommes et de la nourriture procurée par les habitations mais malgré son nom, c’est bien un oiseau sauvage. Il a su tirer parti des nombreux abris et niches qu’une maison peut procurer. Sa population est malgré tout en déclin dans de nombreux pays sans que l’on sache vraiment pourquoi mais il est évident que la dégradation des milieux naturels est une des causes directes. Les routes et l’urbanisation galopante ont remplacé des milliers de kilomètres carrés nécessaires aux oiseaux, les nouvelles pratiques agricoles y sont aussi pour quelque chose.

C’est donc un oiseau bien connu, la différence des sexes est évidente. Le mâle a une calotte gris foncé bordée de roux, la nuque rousse et une bavette noire. La femelle et les juvéniles ont le dessus de la tête brun terne et une gorge claire. Les poussins sont nus.

Voix : fort "tchip", crécelle de colère "tetetetett". Nous l’avons dit c’est le compagnon permanent de l'homme, il niche très fréquemment dans les régions cultivées. La saison des nids s’étend d’avril à août avec 3 couvées par an. Nous pouvons souvent assister à une parade spectaculaire de plusieurs mâles autour d'une femelle. Les moineaux se déplacent à terre en sautillant. Le nid se trouve souvent dans les niches de maisons, parfois sur les arbres, il se compose d’un grand amas de paille, brins, papiers; creux profond, bien garni de plumes et souvent recouvert. La couvée se compose de 5 à 6 oeufs blanchâtres à taches brun noirâtre éparses ou denses. Les deux parents couvent 14 jours et nourrissent les petits pendant 17 jours. Ils se nourrissent de graines, céréales, bourgeons, fruits sauf les jeunes qui sont nourris d’insectes.

 

 


Reproduction interdite sans autorisation
© Michel Laignel

Cliquez sur les photos pour les agrandir


Reproduction interdite sans autorisation
© Didier Collin

 

Merci à Michel, Didier, Robert et Jacques pour ces magnifiques photos.