Eglise de wéris


Fontaine de Morville


Menhir de Morville


Dolmen de Wéris


Menhir Dantinne


Dolmen d'Oppagne


les 3 menhirs d'Oppagne


Pas Bayard


 

 


Wéris -  Km.

Mégalithes et pierres de légendes

2 septembre 2006

Nous sommes dans la rue en contrebas de l’église de Wéris et dos à cette église nous partons sur notre droite, nous restons dans la rue principale du village en ignorant toutes les rues transversales, nous nous dirigeons vers la sortie du village mais nous bifurquons à droite au cimetière dans la direction de Morville. Avant d’entrer dans Morville nous pouvons admirer de magnifiques paysages et sur notre droite un point blanc sur la colline, la Pierre Haina qui doit se voir à des lieues et des lieues. Nous entrons dans Morville et nous trouvons la fontaine sur notre droite et un peu plus loin nous prenons la route à gauche juste avant deux grands frênes. Nous poursuivons tout droit jusqu’au carrefour suivant, le menhir ou plutôt la pointe du menhir se trouve 50 mètres au delà du carrefour à droite dans les fourrés. A ce carrefour, nous allons à gauche jusqu’au carrefour suivant que nous prenons tout droit, nous trouvons le dolmen de Wéris ou « allée couverte nord ». Nous ne pouvons que nous poser des questions quant à la construction de ces édifices dont certaines pierres pèsent plusieurs tonnes. Nous continuons sur cette route en béton en laissant un chemin à gauche et nous longeons des prairies situées sur un plateau, nous observons au passage un faucon crécerelle en vol stationnaire pendant quelques secondes avant de plonger vers le sol pour capturer sa proie. Nous continuons tout droit jusqu’au croisement avec la nationale 841. C’est sur cette route que se trouve le menhir Danthine, à gauche, nous allons l’admirer et nous revenons sur nos pas pour nous diriger cette fois, à gauche au carrefour vers le dolmen d’Oppagne, nous croisons encore un chemin empierré mais nous allons tout droit et nous découvrons sur notre gauche le dolmen recherché, il faut faire un petit détour pour s’en approcher.

Revenu sur la petite route de campagne, nous continuons tout droit en laissant le dolmen sur notre gauche, nous arrivons à un T et nous allons à droite sur un chemin rocailleux, nous sommes maintenant à un carrefour avec un chemin de terre à gauche et un autre chemin rocailleux à droite, nous allons à droite et nous apercevons de loin des pierres levées, les menhirs d’Oppagne.

Nous arrivons à une route de campagne et les menhirs se trouvent dans un champ sur la droite sous un poirier sauvages, nous faisons un crochet pour nous en approcher mais à ce carrefour nous aurions du prendre à gauche. Après les étables sur notre gauche nous apercevons un petit sentier de terre, nous nous dirigeons par là et 50 mètres après à droite au carrefour. Nous sommes cette fois, sur un sentier de terre dans les sous-bois et nous longeons d’énormes chênes et hêtres, au bout du sentier nous arrivons à une grand route mais juste avant la route sur notre gauche, nous trouvons une toute petite route de campagne et nous allons par là. Cette petite route se prolonge en chemin qui aboutit à une grosse ferme et nous retrouvons le macadam un peu plus loin. La route forme un T et nous nous dirigeons sur notre droite jusqu’au carrefour à cinq branches mais nous allons tout droit mais avant nous faisons un petit crochet dans la rue des Trois Fontaines pour découvrir le Pas Bayard qui est à l’entré de cette rue. Après ce carrefour, nous prenons à droite à la chapelle dédiée à la Vierge Marie, nous continuons tout droit. Les prés sont parsemés de gros blocs de poudingue qui gisent certainement là depuis très longtemps. Nous arrivons à un carrefour dans ce sous-bois et nous prenons à gauche où un signal routier interdit la circulation à tous véhicules non autorisés. Ce chemin est très agréable et nous en profitons pour prendre un grand bol d’air parfumé des senteurs de la forêt. Au prochain Y, nous prenons à Gauche sans nous occuper des balises. Nous sommes maintenant dans une forêt de pins sylvestres chers à notre Ardenne puis des épicés remplacent les pins et à nouveau des chênes et bouleaux. Un panneau nous indique que nous sommes à une altitude de 395 mètres, nous arrivons à un grand carrefour à 6 branches au milieu de ce bois appelé « le refuge du brocard », je retourne ma carte et je constate que nous devons aller tout droit. Au Y suivant nous restons à droite et nous sortons du bois un moment pour nous retrouver dans une grand clairière. Nous entrons à nouveau dans le bois, carrefour tout droit. Sur ce chemin coule un petit filet d’eau venant sans doute d’une source un peu plus haut, nous arrivons maintenant à un T, nous allons à gauche, nous longeons un court moment un tout petit ruisseau sorti de nulle part et nous arrivons dans un virage où nous avons sur notre droite le « lit du diable ». Nous sommes à une altitude de 320 mètres. En face du lite du diable, perpendiculaire au chemin qui nous a amené là, nous trouvons un tout petit sentier qui monte très fort en s’enfonçant dans le sous-bois, nous grimpons ce sentier qui est assez glissant et mal tracé, de grosses pierres nous barrent le chemin mais nous continuons pour arriver à la « Pierre Haina ».

Nous y sommes et nous pouvons y admirer un magnifique panorama qui pousse à la méditation. Derrière cette pierre nous trouvons un petit sentier à droite qui, vous le devinez, descend très fort, nous l’empruntons et nous arrivons à un carrefour et nous prenons la branche de gauche. Nous restons sur ce chemin empierré jusqu’au carrefour où vous trouverez une grande Croix et une chapelle dédiée à Notre Dame de la Salette à un carrefour que nous prenons tout droit et nous arrivons à Wéris en face du musée des mégalithes que je vous conseille de visiter. Notre parcours n’est pas fini, il nous reste à trouver l’ancienne carrière de poudingue d’où les dolmens et menhirs proviennent. Pour ça nous allons à gauche sur une route qui monte juste à côté d’une petite chute d’eau et nous montons jusqu’au gîte et son parc, après ce « parc », nous trouvons un chemin de terre à droite, 200 mètres plus loin le chemin s’arrête à une prairie et nous allons sur notre droite sur un chemin fort peu praticable pendant 300 mètres, des troncs d’arbres sont en travers et nous devons faire un peu d’escalade, le chemin est en plus très boueux et glissant, un peu plus loin, nous rencontrons déjà de gros blocs de poudingue ça et là, nous arrivons à un carrefour et la carrière est droit devant nous. Nous sommes à une altitude de 360 mètres. C’est d’ici que viennent les pierres qui ont servi à la construction des menhirs et dolmens, on suppose qu’à l’époque, nos lointains ancêtres se servaient des pierres qui s’étaient détachées toutes seules et avaient roulé jusque la vallée. Cette carrière est envahie par la végétation et les mousses, il n’y a pas grand-chose à voir sinon de gros tas de roches. Il ne nous reste plus qu’à prendre le même chemin pour redescendre sur Wéris, point d’arrivée de cette promenade à travers le temps.

Si vous voulez en savoir plus sur Wéris : http://www.weris-info.be/

 

 

 

 



Le lit du diable


Pierre Henna


Carrière de poudingue


Paysage Morville


Panorama pierre Henna


Paysage Wéris


Paysage Wéris


La pierre Henna vue de Morville