Cliquez pour
agrandir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Amberloup - 9 Km.
10 octobre 2012

L'église Saint-Martin, édifiée en 1734, transformée en 1828 est remplie d'histoire. Une pierre noire, visible au-dessus du portail d'entrée identifie une inscription " Curia Arduenna" " la curie de l'Ardenne". Amberloup aurait été au temps des Romains un fisc impérial forestier, une des demeures des premiers fonctionnaires choisie par le Sénat romain ou un des premiers bâtiments construits pour évangéliser l'Ardenne ( la curie : la salle); langue celtique : "Amber ( rivière)" " loup ( étang)"; Amberloup, un lieu humide identifié par la rivière de l'Ourthe occidentale et de nombreux étangs le long de la rivière.

L’église étant sur notre droite nous nous dirigeons vers la première rue à droite et nous prenons la direction de « Tonny », nous passons au dessus de l’Ourthe et longeons une zone humide. Au bout de cette petite ligne droite nous allons à gauche vers les maisons, nous allons longer l’Ourthe pendant un moment mais sans la voir ou alors très peu.

Nous allons tout droit sans tenir compte des rues latérales, nous avons hâte de sortir de ce village. Les arbres commencent à changer de couleur, les saisons sont plus marquées en Ardenne que dans le namurois. Au Y avec panneau et banc nous restons à gauche comme vous le voyez sur la photo n°6. Nous laissons la dernière maison dernière nous pour trouver aussitôt un chemin forestier empierré mais qui deviendra herbeux un peu plus loin.

Nous trouvons nos premiers champignons, des lépiotes élevées (très bons comestibles) et des amanites tue mouches (pas comestibles du tout), nous entendons la rivière sur notre gauche sans la voir mais en arrivant à une petite aire de repos avec table et bancs, nous devinons au travers des arbres une grande cascade dommage que les taillis soient trop épais pour faire une photo. A cet endroit nous devons aller à droite et monter dans le bois. Si nous avions fait cette balade dans l’autres sens nous aurions pu suivre les balises « rectangle jaune » au début et « rectangle bleu » à la fin, ce sera une indication en cas de doute sur l’itinéraire.

Nous découvrons énormément de champignons de toutes sortes, c’est une très bonne année. Un peu plus haut, nous restons sur notre droite en ignorant un chemin avant gauche puis nous passons une barrière anti sanglier sans doute, le sentier rétrécit de plus en plus pour ne plus nous laisser qu’un passage étroit entre les fougères et les jeunes pousses de bouleaux, à la deuxième barrière toute cassée le sentier devient chemin et nous allons tout droit dans le bois, ça monte toujours, la côte est longue mais pas très raide.

Nous arrivons à un T où nous devons faire très attention de ne pas nous tromper, c’est un T incliné vers la droite par rapport au chemin d’où nous venons et nous devons aller à droite, ne pas tenir compte du chemin tout de suite à gauche et prendre le deuxième chemin en avant gauche qui monte dans la forêt, pas facile à expliquer, j’espère avoir été assez clair. Nous voyons les balises bleues dans l’autre sens, c’est une indication.

Nous sommes dans une forêt mixte, épicéas à droite et chênes à gauche, nous voilà maintenant plus ou moins à découvert et nous continuons tout droit en ignorant un chemin avant gauche, tout droit jusqu’au point culminant de notre balade puis au T à droite.

Un peu plus loin nous amorcerons une descente aussi longue que la montée, tous les bois sont clôturés dans ce secteur, je croyais que c’était à présent interdit, cherchez l’erreur … Nous allons tout droit vers « Lavacherie » comme indiqué sur plusieurs petit panneaux artisanaux, d’autres panneaux nous demandent vertement de ne pas déranger le « GIBIER », il est vrai que pour les chasseurs les animaux ne sont que du gibier tout juste bons à assouvir leurs amusements malsains. Les senteurs de l’automne sont extraordinaires et nous respirons à pleins poumons.

Nous franchissons un grand portail qui termine toutes les clôtures que nous avons vues dans ces bois juste avant un carrefour où nous irons à gauche, à partir de cet endroit les balises dans l’autre sens sont des « rectangles jaunes ». Ce sentier herbeux monte légèrement vers une sapinière (encore) et un peu plus loin (450 mètres du carrefour précédent) nous tournons à droite un peu après le sommet de cette petite côte.

En sortant du bois un beau paysage s’offre à nous avec des éoliennes à son sommet, nous allons tout droit en descendant vers la route en admirant le paysage automnal, une belle balade de ce genre se termine toujours trop tôt.

Au T nous retrouvons le macadam nous devons aller à droite vers Sainte-Ode où nous bifurquerons à droite juste avant la maison communale et le grand carrefour un peu plus loin. Nous allons rester sur cette route jusqu’à la cabine électrique où nous irons à droite en retrouvant le début de notre itinéraire, encore une fois à gauche et nous voilà arrivés, l’église est là et le parking où nous avions abandonné notre voiture.

 

 

 


Cliquez pour
agrandir