Le Blaireau
Meles meles

Comment le reconnaître

La tête et le corps mesurent de 70 à 80 cm pour les mâles et de 68 à 78 cm pour les femelles. La queue chez les mâles mesure de 12 à 18 cm et de 11 à 19 cm chez les femelles. Le poids varie en fonction de la saison. Les Blaireaux sont plus gros à l'approche de l'hiver. Le poids varie de 8 à 12 kg en moyenne.
Le blaireau possède 34 dents. Il a parfois une minuscule prémolaire derrière les canines.

Son pelage a des teintes grises, blanches et noires. Sa tête fine porte un petit masque noir et blanc bien typique.
Des pattes, courtes et puissantes pourvues de grandes griffes (surtout celle de devant, avec lesquelles il creuse la terre, et la déblaie à reculons), portent un corps allongé qui se termine par une petite queue blanche, courte et touffue qui possède à sa base des glandes odorantes. Les glandes odorantes permettent au blaireau de marquer leur territoire, mais c'est aussi un signe de reconnaissance entre membres d'un même clan. Pour s'imprégner mutuellement de leur odeur les blaireaux font des séances fesse à fesse.

Habitat

Le territoire couvre 30 à 50 ha dans les milieux riches et 150 ha et plus ailleurs. La densité est en moyenne de 2 à 20 adultes au 100 ha, mais en Lorraine comme dans le reste de la France (excepté en Bretagne) la densité de population ne dépasse que rarement 1,5 individu au 100 ha. Là où la densité est forte et le milieu stable, la dispersion est la plus faible. Les mâles se déplacent plus que les femelles et les sujets qui ont atteint la maturité sexuelle (plus de 2 ans) se dispersent davantage. Les émigrants peuvent se joindre à un groupe ou aller plus loin. La distance parcourue ne varie pas selon le sexe. A la fin de l’hiver, les mâles font des excursions temporaires sur plus d’un kilomètre, sans doute pour s’accoupler dans les territoires voisins.

L'abondance maximale des Blaireaux est atteinte dans la campagne cultivée où champs et prairies alternent avec des bois. On le trouve surtout dans les bois de feuillus avec possédant des clairières.

Les galeries du terrier ont généralement 10 à 20 m de long. Les pièces fréquentées pour dormir sont garnies de matériaux plus ou moins variés que le Blaireau maintient contre son menton avec ses pattes antérieures et qu’il apporte à reculons. Les galeries mesurent au moins 20 cm de diamètre, les entrées souvent davantage et devant ces dernières, il y a un amas de déblais. Certains terriers sont occupés et agrandis par des générations successives pendant des décennies voire des siècles. Il peut y avoir plusieurs petits terriers dispersés dans le territoire en plus du terrier principal et qui servent souvent de terriers refuges. Le terrier se trouve dans les bois, les broussailles, les haies, les carrières, les falaises maritimes, les landes, les champs, les talus, sous des bâtiments ou dans des cavités naturelles.

Régime alimentaire

C’est en automne qu’il passe le plus de temps (jusqu’à 10 heures par jour) à se nourrir. Le Blaireau est omnivore et se nourrit essentiellement de lombrics, insectes (Coléoptères, chenilles, nids de guêpes et d’abeilles), œufs (parfois oiseaux qui nichent ou dorment à terre), cadavres (surtout en hiver), campagnols, taupes, Lapins, crapauds. Il consomme aussi des bulbes, myrtilles, framboises, avoine, blé, champignons, maïs, herbes et trèfle en hiver. Certains Blaireaux chassent des Hérissons. Plus carnivore au printemps et au début de l’été, plus végétarien à la fin de l’été et en automne (fruits et céréales). Un chercheur a trouvé 160 guêpes dans une crotte de blaireau).

Reproduction

La maturité sexuelle est atteinte au bout de  9 à 18 mois pour les mâles et 1 à 2 ans pour les femelles. Le rut à lieu en février-mars surtout, mais a été également observé à tous les mois de l’année. L'oestrus (ovulation) dure de   4 à 6 jours et la copulation peut prendre de 15 à 60 minutes). Le rut est fréquent aussi de juillet à septembre. Les naissances ont lieu dès la mi-janvier et surtout en février (naissances signalées de la mi-décembre à avril). La durée de l'implantation différée (arrêt de l'évolution de l'embryon - schéma) est de 3 à 10 mois. La gestation réelle dure 7 semaines. Une seule portée annuelle de 1 à 5 petits (la moyenne étant de 2,7). La femelle possède 6 tétines. Les nouveau-nés sont roses avec un pelage gris, soyeux. Les yeux ne s'ouvrent qu'à partir de 5 semaines. Les dents de lait sortent à 4 à 6 semaines et les dents définitives à environ 3 mois, âge du sevrage qui peut être retardé de 4 à 6 mois si la nourriture est rare. Les jeunes restent sous terre environ 2 mois. Ils demeurent avec leur mère et en dépendent probablement jusqu’en automne et durant le 1er hiver. Pendant le sevrage, la mère peut régurgiter des aliments à demi digérés.

Vie sociale

Les Blaireaux forment des clans territoriaux, mais plusieurs clans peuvent se nourrir dans la même zone. Chaque membre d’un clan (sauf les jeunes) se nourrit solitairement. Localement, les femelles défendent chacune un territoire et celui d’un mâle peut en chevaucher plusieurs. On compte en moyenne, 5 à 8 adultes par clan et des jeunes. Le plus souvent, il y a davantage de femelles que de mâles et plus d’un individu de chaque sexe peut se reproduire au cours d’une année. Certaines portées peuvent avoir plusieurs pères. Les femelles ne se reproduisent pas toujours deux ans de suite. Dans certaines régions et c'est notamment le cas dans certaines parties de la Lorraine, les Blaireaux ne sont parfois pas assez nombreux pour former des clans. La toilette mutuelle est  fréquente au sein du clan.

Pour décrire les communications du blaireau, on a recensé de nombreux signaux sonores : reniflements, cris, gémissements, chevrotements, hurlements, grognements et un cri prolongé. Les jeunes bêlent et font entendre des bruits semblables à ceux des chiots ainsi qu’un cri aigu (marque d'affection). Les adultes émettent un grondement grave d’avertissement qui manifeste l’hostilité. Les femelles émettent un cri ressemblant à celui de la Poule d’eau. Pendant la copulation, le mâle émet un ronronnement guttural : le ronronnement des femelles et des jeunes est plus doux. Le Blaireau possède 2 glandes anales et une grande poche glandulaire sous-caudale. les membres du clan (surtout les dominants) frottent la sécrétion de cette dernière sur leurs congénères.

      Cliquez sur l'image Cliquez pour le détail d'un terrier

Quand il se nourrit, le Blaireau dépose souvent cette sécrétion sur le sol. Certaines latrines sont proches du terrier, mais les autres ( 70 %) servent à marquer les limites du territoire. Il fréquente les latrines surtout au début du printemps, saison où les mâles présentent souvent des morsures. Le sens dominant de l'espèce est l’odorat, mais l'ouïe est également très fine. La vue en revanche est faible (myope), adaptée à une luminosité restreinte.

Dans un terrier, 2 ou 3 Blaireaux peuvent partager une chambre, mais en général chacun change de chambre et de compagnon au bout de quelques jours.

Il peut arriver que les Blaireaux partagent des terriers de grandes tailles avec d'autres espèces (lapin, renard).

 

Comportement

L'espèce n’hiberne pas mais dort davantage en hiver (il semble que sa température baisse un peu).
A la fin de l’automne, il pèse jusqu’à 3 kg de plus qu’au printemps.

Galerie Photos