Cliquez pour
agrandir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Bouvignes-sur-Meuse - 9,4 Km.
24 juillet 2012

Bouvignes-sur-Meuse est une ancienne ville en bord de Meuse (rive gauche) immédiatement au nord de la ville de Dinant (Province de Namur en Belgique), dont elle fait aujourd'hui partie. Politiquement et commercialement cette ancienne ville du comté de Namur rivalisait avec sa voisine, la ville de Dinant, car bien que proches l'une de l'autre, la première appartenait au comté de Namur et l'autre à la Principauté de Liège. Autre rivalité: dans le domaine de la dinanderie. Ce conflit célèbre a été décrit notamment par Philippe de Commynes et Jules Michelet. Il atteint une sorte de paroxysme au XVe siècle et notamment à la veille du sac de Dinant par le Duc de Bourgogne Philippe le Bon et son fils le futur Charles le Téméraire. Les vestiges de l'enceinte qui entourait la vieille ville et les ruines du château de Crèvecœur démontrent l'importance stratégique du lieu. L'église Saint-Lambert et la très belle maison espagnole témoignent quant à elles du riche passé de Bouvignes.

Nous garons notre voiture Place du Chapitre sous les ruines du château de Crèvecoeur qui nous toise de bien haut, l’église est sur notre gauche et nous allons vers les escaliers qui donnent accès à un sentier grimpant jusqu’aux ruines. L’ascension se fait en silence, c’est dur une côte pareille pour débuter une balade, le sentier est en zig zag et nous arrivons assez vite au château féodal. L’accès est interdit pour cause de travaux mais j’aime braver les interdits, j’entre quand même et je me rends sur la tour fort bien restaurée, c’est de là que je ferai les photos de la réserve naturelle juste en face, vue imprenable sur la Meuse et Dinant. Cette réserve est gérée par quelques bénévoles de l’a.s.b.l. NATAGORA.

Le reste de la balade se fera sur des routes bien goudronnées pour une fois, nous avions envie de prendre le soleil et donc de ne pas nous dissimuler dans les sous-bois, la météo désastreuse du mois de juillet nous a poussé à prendre le plus de soleil possible à la moindre occasion.

En tournant le dos aux ruines nous traversons un petit rond point parking et nous allons à gauche sur la route un peu plus loin, cette petite route moitié graviers moitié tarmac nous emmènera vers une route de campagne plus importante cette fois à droite vers le village de Sommière.

Il fait très chaud et plus un seul coin d’ombre pour nous abriter mais le soleil nous fait un bien fou, nous arrivons à Rostenne, plus un lieu dit qu’un village avec deux grosses fermes magnifiquement restaurées. Une de ces fermes est «pédagogique», de fait nous apercevons assez loin un groupe d’enfants avec un animateur et … un chien.

Nous continuons notre route quand tout à coup, le chien arrive derrière nous au grand galop et nous dépasse en faisant mine de ne pas nous voir. Il ralentit et nous précède de 100 mètres sans jamais s’éloigner plus. Nous remarquerons un peu plus loin qu’il semble nous attendre et je me pose des questions …

Nous arrivons sur la Place Communale de Sommière, nous nous asseyons pour manger une tartine, le chien vient près de nous pour se faire caresser et puis s’en va fouiller les rues plus loin, nous sommes à un carrefour et nous devons aller à gauche je ne vois plus le chien et nous reprenons la route mais le chien nous rattrape presqu’instantanément, pas de doute nous avons été adoptés mais je me demande si ce n’est pas un chien abandonné et je m’inquiète. Les champs sont bien remplis en cette saison et les récoltes commencent, si je ne suis pas d’accord sur leurs méthodes de culture et bien qu’ils soient motorisés à outrance les agriculteurs ont bien du courage pour réaliser tous ces travaux champêtres.

Nous sommes sur une petite route en béton peu fréquentée et le chien est toujours devant nous, il se moque pas mal des rares voitures qui passent à cet endroit et les automobilistes doivent manœuvrer pour continuer leur route, c’est sans doute un chien vagabond contestataire. Nous admirons le paysage quelques instants … le chien a disparu. Nous avançons et il réapparait un peu plus loin en sortant d’un bosquet, j’inspecte les lieux et je trouve un petit ru, il était simplement parti boire, il semble connaitre les lieux et les endroits où il peut se ravitailler.

Plus loin un couple d’agriculteurs fait une pause la moissonneuse le long de la route et je leur demande s’ils connaissent le chien, réponse négative mais un troisième « quidam » arrive sur son quad et reconnait le chien, c’est celui de son voisin, nous voilà soulagés. Un coup de fil et le maître se met en route pour le récupérer, la dame passe une corde dans son collier pour le retenir le temps que son maître arrive et nous reprenons notre route. La brave bête nous voyant partir se débarrasse par quelques contorsions, de son collier et nous rattrape aussi sec.

La campagne est magnifique, nous sommes sur un plateau, la vue est superbe et imprenable nous savourons ces moments, un peu plus loin la route forme un Y et nous devons aller à gauche. Une voiture nous rattrape et ralentit c’est le propriétaire du chien si je peux m’exprimer ainsi car c’est un chien qui me semble très indépendant. Il nous explique qu’il suit parfois des randonneurs mais qu’il a des critères de sélection assez sévères, il ne suit pas n’importe qui, il faut que « les têtes lui reviennent bien » comme on dit.

Mais il ne se borne pas à ça, il descend parfois tout seul à Dinant et s’amuse à bloquer la circulation en se baladant sur le pont ou en se plantant au milieu d’un carrefour, les policiers dinantais le connaissent et le ramènent souvent à son propriétaire. La voiture s’éloigne et le chien nous regarde tristement depuis la lunette arrière, nous le regrettons déjà.

Nous amorçons notre descente vers Bouvignes et après deux épingles à cheveux nous tenons notre gauche pour nous engager dans une ruelle moyenâgeuse, vestige de l’époque médiévale où il était imprudent de s’aventurer à partir d’une certaine heure … tiens ? C’est encore comme ça maintenant dans certains quartiers de certaines villes.

Nous retrouvons notre voiture un peu plus loin.

 

 

 

 


Cliquez pour
agrandir