Le Castor
Castor fiber

Biologie

Le Castor est le plus grand Rongeur européen. Il possède une silhouette lourde et massive. Sa queue est en forme de palette, écailleuse et large de 12 à 16,5 cm. Les orteils sont palmés pour permettre une nage aisée. Les narines et et les conduits auditifs sont obturés pendant la plongée. Les yeux et les oreilles sont assez petits et les pattes sont courtes. Il n'y a pas de dimorphisme entre les deux sexes (chez les 2 sexes, l’appareil urogénital débouche dans un cloaque axial). Le Castor possède de grandes incisives orangées (les supérieures sont les plus courtes). La fourrure est brun foncé à gris noir au dessus, très dense, et  un peu plus clair au dessous.

Indices de présence

On peut déceler la présence du Castor grâce aux différents type de gîtes qu'il occupe en fonction du milieu : hutte ou terriers

On décèle également sa présence grâce aux arbres abattus (souche taillée en biseau), aux écorces rongées, aux amas de branches dans l’eau (provisions pour l’hiver), aux restes de repas (morceaux d’écorce, copeaux). Localement, le Castor construit des digues avec des branches, de la terre et des tiges elles atteignent 100 à 150 m de long et 1m de haut.

Les Empreintes antérieures ont une taille d'environ 5,5 x 4,5 cm (5 doigts mais souvent on n’en voit que 4) alors que les empreintes postérieures, beaucoup plus grande ont une taille de  15 x 10cm. La palmure est parfois visibles dans la boue molle.

Dimensions

Le Castor possède des tailles variables en fonction des régions. En Ardenne, La longueur du Castor est de 75 à 90 cm pour un poids de 15 à 38 kg maximum. La queue est de 25 à 35 cm.

Habitat

Il a besoin d'eaux courantes assez lentes ou stagnantes et surtout permanentes, ayant 1,50 à 2 m de profondeur et ne gelant pas complètement en hiver. Ces eaux doivent être bordées de trembles, aulnes, saules, bouleaux, peupliers, frênes. Localement, le Castor s’abrite dans un terrier. Ailleurs en Europe, il  construit une grande hutte en branchages ayant des entrées immergées. Dans la hutte, la plate-forme habitée est au-dessus du niveau de l’eau (l'espace intérieur est d'environ 1 m de diamètre et 50 cm de haut). La hutte est habitée par plusieurs générations et peut devenir très volumineuse. Les canaux et les barrages servent à maintenir le niveau de l’eau et facilitent l’accès aux gagnages (zones de nourriture).

Le domaine vital est de dimensions variables selon les lieux : long et étroit autour des rivières (jusqu’ à 3 000 m), bien plus large autour des lacs. La dimension du domaine vital dépend aussi de l’abondance de la végétation ligneuse. La densité de la population varie de 1 à 1,52 individu par km² en plaine et autour des lacs de 2,83 à 22/ha. Le long d’une rivière, une famille peut occuper 500 m de berges (habitat riche) ou 5,5 km (habitat pauvre). On distingue 4 types de déplacements :
- déplacements des familles entre plusieurs lacs de leur territoire,
- dispersion des jeunes (généralement à faible distance car ils reviennent à la hutte natale),
- déplacements des adultes qui ont perdu leur partenaire,
- dispersion des sujets de 2 ans qui quittent leur lieu de naissance (Ils parcourent jusqu’à 100km).

Régime alimentaire

Le régime alimentaire au printemps et en été, est composé de plantes herbacées, feuilles et rameaux. Le Castor ronge surtout les peupliers, saules et trembles. Il peut couper des arbres de 20 cm de diamètre et plus mais le plus souvent, ceux qui mesurent de 3 à 8 cm de diamètre à 30cm de haut. s'éloigne assez peu de l'eau pour abattre des arbres.

Reproduction

La copulations a lieu en février, les naissances en juin. La maturité sexuelle des femelles est à 3 ans (parfois 2 ans). Les mâles ne peuvent s’accoupler avec succès avant 3 ans. La gestation dure de 103 à 108 jours. Il n'y a qu'une seule portée annuelle de 1 à 6 petits (la moyenne étant de 2,7). La femelle possède 4 tétines. Les jeunes ont un pelage bien développé et les yeux ouverts à la naissance. Au bout de quelques heures, ils apprennent déjà à nager dans l’entrée de la hutte. Le sevrage a lieu durant le premier été.

Longévité

La durée de vie normal est de 7 à 8 ans (maximum 25 ans). Les principales causes de mortalité sont les prédateurs, la noyade quand l’eau monte brusquement sous la glace, l'épuisement en hiver, la tularémie (maladie généralement mortelle, affecte le foie, la rate, les poumons et les ganglions), et le trafic roulier.

Sociabilité

Le Castor vit en petits groupes familiaux dont l’importance varie selon le succès de la reproduction, la durée du couple, etc. En moyenne, les groupes comprennent 5 à 6 sujets, 1 couple d’adultes, les jeunes de l’année et ceux de l’année précédente. Les jeunes restent 2 ans dans leur lieu d’origine. Le Castor est monogame.

Pour communiquer, le Castor frappe la surface de l’eau avec sa queue (signal de danger). Il peut également émettre des grognements, des sifflements et cris aigus. Il possède plusieurs glandes à odeur (chez les 2 sexes) : 2 anales, 2 autres débouchent dans l’urètre et produisent le castoréum qui est mêlé à l’urine (odeur propre au Castor), glandes sur la plante des pieds. La taille de ces glandes et des glandes anales dépend du poids de l’animal. Les sécrétions des glandes anales sont déposées sur le substrat.  Le castoréum est projeté sur des monticules de terre, atteignant 60 cm de haut et situés au bord du territoire de la famille. Le castoréum est également déposé sur des troncs d’arbres. Les monticules sont fréquentés par tous les membres du groupe. Leur nombre augmente en période de dispersion et dépend de celui des voisins. Ils montrent que le territoire est occupé. Si un Castor étranger y rejette du castoréum, les membres du groupe sifflent, font claquer leur queue, modifient le monticule et y projettent à nouveau leur castoréum. Comportement agonistique : mouvements de la queue, coups, simulacre de morsure. L'odorat et l'ouïe sont excellents, mais la vue est faible.

Comportement

Le Castor est en grande partie nocturne mais parfois crépusculaire s’il n’est pas dérangé. Il n’hiberne pas mais prolonge ses moments de repos durant la saison froide.

Pour plus de renseignements sur le castor de nos régions :

www.paysdescastors.be