Les crocidures
Crocidura suaveolens
Crocidura russula

 

Généralités

Insectivore de la famille des "Soricidae" vivant dans les régions au climat doux.

La crocidure, dont on a dénombré plus de 150 espèces très largement distribuées en Europe et dans toute l'Asie, est en fait une musaraigne, de la grande famille des Soricidés. L'identification de ces minuscules mammifères insectivores est incroyablement ardue et rares sont les spécialistes capables de s'y retrouver. Pour certaines espèces, il est même indispensable de procéder à un examen des chromosomes si l'on veut pouvoir les cataloguer.

Les crocidures, dont les plus fréquentes en Europe sont la Crocidura suaveolens dite crocidure des jardins et la Crocidura russula dite aussi crocidure musette ou bicolore, se distinguent aisément des musaraignes appartenant au genre Sorex par leurs dents entièrement blanches, au lieu d'être teintées de rouge et aussi par la queue à pelage court parsemé de longues soies isolées.

La crocidure des jardins

Elle vit dans les champs près des habitations humaines; comme elle peut vivre dans les forêts des hautes montagnes; la femelle conduit sa progéniture en file indienne, chacun plantant les dents dans la fourrure de la base de la queue du précédent;

Il est intéressant de noter qu’en cas de dispute, elles mènent des espèces de combats acoustiques à coup de cris stridents et de couinements. Ceux-ci remplacent les vraies luttes qui seraient mortelles en raison de la terrible morsure des crocidures.

Généralement à proximité ou à l’intérieur des bâtiments, également sur la plage. En Belgique remplacée par la musaraigne musette appelée aussi bicolore.

La longueur de son corps varie entre 53 et 83 mm, la longueur de la queue entre 25 et 44 mm pour un poids de 3 à 7 gr. Elle peut prétendre à une espérance de vie de 1 à 2 ans.

Pendant hiver, si l’offre en nourriture diminue et la température extérieure baisse, les musaraignes entrent en torpeur : leur température interne diminue et elles économisent de l’énergie. Cette baisse de température est contrôlée de la même manière que si l’on agissait sur un thermostat : en dessus d’une certaine température, le chauffage s’arrête, en dessous il se met en route.
À l’inverse de la marmotte ou des chauves-souris, qui dorment tout l’hiver, les musaraignes pratiquent une torpeur journalière : elles ne sortent que pour trouver de la nourriture puis regagnent leur nid s’endorment et descendent leur température corporelle jusqu’à 18°.

Tous les moyens sont bons pendant la crise hivernale pour économiser de l’énergie : l’utilisation de nids communautaires dans lesquels on retrouve plusieurs individus de la même famille, entassés les uns sur les autres pour se tenir chaud en est un exemple.

Les Crocidures, animaux originaires du sud, sont dépendantes de l’homme et des habitats qu’il crée dans son environnement. On les trouvera à la campagne dans les villages ou elles seront les hôtes discrets de nos jardins, champs, haies, fréquentant avec assiduité les composts et autres lieux de rassemblement d’invertébrés.

La musaraigne musette (Crocidura russula)

C'est un animal allongé à la tête fine au museau pointu. Les dents sont blanches. Le pelage est roussâtre sur le dos, plus pâle sous le ventre. La queue présente de longs poils blanchâtres. Le poids varie de 6 à 14 grammes. Les oreilles sont nettement visibles et ont un pavillon très large.

Insectivore de la famille des "Soricidae" se distinguant de la crocidure des jardins par une taille plus grande. C'est sans aucun doute la plus connue des musaraignes. On la découvre souvent dans la gueule du chat ou morte délaissée sur le paillasson. Lors de ses déplacements, elle émet des petits cris qui la rendent très repérable.
Elle est de taille moyenne de 64 à 84 mm de long avec une queue de 33-46 mm et un poids de 6-14 g. En fin de gestation la femelle peut peser jusqu’à 20 g. Le dos est plus foncé que le ventre et la couleur varie du brun, gris brun à gris sombre. Les différentes espèces de crocidures (3 en Europe sur les 140 du monde) se déterminent par les dents, la couleur du pelage et leur taille. Il y a de nombreuses sous-espèces.

Elle a une durée de vie d’une année environ, la période de reproduction va de février à octobre, la gestation dure 30 jours et il peut y avoir 4 portées dans l’été.

Reproduction

La gestation dure environ trente jours et la femelle met au monde sa portée dans un nid de brindilles, de feuilles mortes, de mousse et même de laine. La musaraigne musette peut mettre au monde de 4 à 5 jeunes.
Il semblerait que plus les musaraignes musettes habitent au nord plus la portée est nombreuse (3-4 petits par portée au sud de l’Europe et 4-5 pour la Suisse et l’Allemagne).
Quand elle est dérangée, la mère déplace sa portée. Les jeunes s'accrochent par les dents les uns aux autres en s'alignant derrière elle.
Ce comportement remarquable des musaraignes est appelé comportement d'encolonnement ou " en caravane ". C'est au bout de vingt jours après la naissance que les petits seront autonomes. La période de reproduction s'étend d'avril à novembre.

On a observé que si un individu d’une portée précédente n’a pas encore quitté le nid familial, il va aider ses parents dans l’élevage de ses frères. En effet, lors des absences de ses parents partis à la recherche de nourriture, il va aider ses frères à maintenir leur température interne, en les rassemblant et en les recouvrant de son corps à la manière d’une couverture chauffante.

Moeurs

L’activité est répartie sur les 24 heures, dans la litière, au sol et si les conditions sont mauvaises il peut y avoir des périodes de torpeur. Si la saison est mauvaise les musaraignes peuvent partager des nids, les domaines vitaux peuvent se chevaucher et les mâles sont même admis dans le nid…même si les jeunes y sont encore ! Donc un comportement beaucoup plus sociable que les musaraignes à dents rouges.

Son habitat est près de l’homme : jardins, haies, parcs, et, surtout en montagne, seuls les individus qui utilisent des sites liés à l’activité humaine (compost, caves, étables, poulaillers) peuvent réussir à passer l’hiver dans nos régions. Son aire de répartition couvre le bassin méditerranéen, l’Europe atlantique ( sauf GB). Au nord des Alpes elle dépasse rarement 1000m d’altitude. Dans certaines zones elle est en concurrence avec C. leucodon et ceci peut l’empêcher de s’implanter dans certaines régions.

La musaraigne musette est une espèce commune en Belgique. On la rencontre partout et surtout dans les jardins et près des habitations, fermes et hameaux.

Contrairement aux autres espèces de musaraignes qui sont solitaires et territoriales, la musaraigne musette est assez sociale et plusieurs individus peuvent partager le même nid et le même domaine vital.

Quelques photos de musaraignes musettes
cliquez pour agrandir