L'écureuil roux
Sciurus vulgaris

L'écureuil est un petit mammifère, rongeur appartenant à la même famille (sciuridés) que la marmotte, le chipmunk ou le chien de prairie, mais qui est arboricole. Sur tous les continents, de par son mode de vie, il semble jouer des fonctions écosystémiques importantes, notamment en "oubliant" des graines qui germent d'autant mieux, qu'elles sont parfois enterrée par l'écureuil dans des trous où elles sont mises en contact avec des champignons symbiotes. L'écureuil contribuant par ailleurs à la propagation de ces champignons dont certains ne font que des fructifications souterraines (Truffe du cerf par exemple). Sa taille varie de 13 cm pour l'écureuil pygmée d'Afrique à 90 cm pour l'écureuil géant d'Asie. Sa queue plus ou moins touffue selon les espèces forme un panache ou un plumeau caractéristique.

L'écureuil européen Sciurus vulgaris presque exclusivement diurne et arboricole est facilement reconnaissable à sa longue queue rousse en panache de 18 à 24 cm. Il est généralement roux (ou brun-roux, couleur variant selon la saison) et mesure de 18 à 25 cm. En hiver, ses oreilles s'ornent de fins pinceaux de poils.

En Europe, et depuis plusieurs décennies dans les grands parcs anglais, l'écureuil gris, originaire de l'est des Grandes Plaines d'Amérique du Nord (en particulier S. carolinensis) introduit est devenu invasif et pose problème en éliminant peu à peu l'écureuil roux natif et en Italie en écorçant de nombreux arbres, parfois jusqu'à les tuer.

L'écureuil gris cohabite en Amérique du nord avec l'écureuil fauve (Sciurus niger). L'écureuil roux nord-américain (Tamiasciurus hudsonicus) peuple également l'espace situé entre les régions montagneuses du nord des Etats-Unis et du Canada, et la Caroline du Sud.

En réalité, la génétique de l'écureuil n'est pas encore bien connue, mais on compte aujourd'hui environ 230 espèces d'écureuils arboricoles et terrestres et 43 espèces d'écureuils volants qui ont colonisés presque toute la planète, hormis les zones très froides et l'Australie.

L'écureuil arboricole vit dans les forêts, on peut l'observer plus généralement à la cime des arbres (il apprécie particulièrement les pins en zone tempérée). Il n'hiberne pas pendant la saison hivernale, contrairement à l'écureuil terrestre en zone froide.

Certains écureuils créent un réseau de galeries souterraines à plusieurs entrées qui leur servent de gîte. Les galeries ne comportent qu’une seule issue de secours, qu’ils empruntent en cas de danger immédiat. L’entrée de cette issue de secours est dégagée et descend en ligne droite à une profondeur d’au moins 0,6 mètre. Par temps inclément, ils peuvent rester longtemps sous la surface du sol.

C'est un des rares mammifères entièrement diurnes.

 

Alimentation

La nourriture de l'écureuil varie selon l'espèce et selon les saisons :

· Au printemps, il mange des bourgeons, des fleurs, mais aussi des insectes, limaces voire quelques oisillons (oeufs ?);

· En été il se nourrit surtout de fruits;

· En automne il mange et accumule des graines notamment de conifères, des noix, des noisettes ou des glands, dont il se constitue des réserves pour l'hiver, soit en les enfouissant dans le sol, soit en les stockant dans des trous d'arbres ou des nids abandonnés.

Il peut aussi s'attaquer à l'écorce des arbres quand il ne trouve plus assez de nourriture ou en période de sécheresse. Il semble qu'en Europe, des groupes d'écureuils gris introduits (Italie) aient récemment entretenu ce comportement qui est habituellement temporaire et de survie.

Menaces

La première menace qui pèse sur l'écureuil est la destruction et la fragmentation de son habitat naturel. Les écureuils arboricoles sont souvent victimes du Roadkill dans les forêts fragmentées par les routes. Outre les rares écoducs, des « passerelles à écureuil » ont été efficacement testées, qui vont d'une triple corde tressée tendue entre les arbres au dessus de la route à une passerelle de planchettes fixées entre deux cordes, faisant office de "pont de singes". En France en Isère, on a même envisagé d'équiper des poteaux d'échelles pour que les écureuils puissent utiliser des éléments du tramway pour traverser les routes par le haut. La restauration d'un réseau paneuropéen de corridors biologiques devrait l'aider à recoloniser les nombreux espaces d'où il a disparu, mais pourrait aussi aider l'écureuil gris à coloniser ses territoires.

La pollution peut l'affecter, notamment dans les zones où les champignons sont pollués par des retombées accidentelles ou chroniques de métaux lourds ou les radionucléides de Tchernobyl, car certains écureuils font une grande consommation des fructifications souterraines de ces champignons qui concentrent le césium 135 radioactif déposé par le nuage de Tchernobyl (Étant donné que le césium descend dans le sol à raison d'environ 1cm par an, c'est à partir des années 2006 que la zone de prospection de ce champignon devrait être fortement affectée, et ce pour 10 à 20 ans).

L'écureuil roux européen se heurte aussi à la concurrence de l'écureuil gris introduit qui tend à le faire disparaître.

La consanguinité et le risque de dérive génétique sont une menace pour les très petites populations relictuelles.

 

Galerie photos

Cliquez pour agrandir la photo