La Fagne

Bien qu'ayant la même origine étymologique (de « fange »), la Fagne ne doit pas être confondue avec une autre région belge, les Hautes-Fagnes, située à l'est du pays.
C'est un terme ancien, souvent présent dans la toponymie, désignant un marais dans de nombreuses régions, surtout au Nord et à l’Est.

La Fagne :

Région franco-belge (la partie belge faisant partie de la Fagne-Famenne) contituée par des schistes et des argiles en dépression et des calcaires en relief. La Fagne commence à l'ouest de Trélon en France et passe par Virelles, Boussu-en-Fagne, Mariembourg, Villers-en-Fagne, Sart-en-Fagne, Matagne, Vodelée. Elle se prolonge par la Famenne (Wellin, Rochefort, Marche-en-Famenne) qui se termine vers Aywaille. Les parties purement argilo-schisteuses ont la particularité d'être très imperméables et sont ainsi trop sèches ou trop humides donc peu rentables pour l'agriculture. Il y a en Fagne de nombreux marais et étangs (Virelles et Roly notamment) qui sont des fagnes ou d'anciennes fagnes.

Les roches du sous-sol de la Fagne sont variées et expliquent la diversité des paysages :

  • Des roches schisteuses dans la Basse-Fagne fangeuse (prairies de fauche, argile pour les briqueteries),

  • Des schistes aussi pour la Basse-Fagne forestière, légèrement plus élevée et plus sèche,

  • Des roches calcaires au Nord et au Sud de la Basse-Fagne. Ces zones sont appelées la Calestienne. On y exploite la pierre bleue, la dolomie et les marbres rouges et roses, surtout dans la partie la plus au Nord (faux marbres) - (Franchimont, Sautour, Merlemont, Neuville, Philippeville,...).

La pierre calcaire est dissoute par l'action de l'eau ; c'est ainsi que la région est pourvue de grottes (Grottes de Neptune, Cavernes de l'Abîme), de chantoirs, résurgences et rivières souterraines comme l'Eau Noire entre Frasnes et Nismes.

La Basse-Fagne présente peu de relief ; elle est relativement plane ; par contre, la Calestienne qui la domine est formée de collines rondes (tiennes) ou de plateaux faiblement vallonnés, riches en limon et en relief par rapport à la Basse-Fagne.

Les villages sont souvent situés sur les versants qui séparent Basse-Fagne et Calestienne. La première apporte l'eau en surface, la seconde des terres fertiles pour les cultures.

Villes et Villages de la Fagne

Quatre communes forment la Vallée des Eaux vives. Couvin, Chimay, Doische et Viroinval s’affirmaient ainsi "au coeur de l’Europe". Mais le centre géographique de l’Europe s’est déplacé avec l’élargissement de l’Europe désormais des 25.

  • Chimay

Baileux, Bailièvre, Bourlers, Chimay, Forges, L'Escaillère, Lompret, Rièzes, Robechies, SaintRemy, Salles, Vaulx, Villers-la-Tour, Virelles

  • Couvin

Aublain, Boussu-en-Fagne, Brûly-de-Pesche, Couvin, Cul-des-Sarts, Dailly, Frasnes-lez-Couvin, Gonrieux, Mariembourg, Pesche, Petigny, Petite-Chapelle, Presgaux

  • Doische

Doische, Gimnée, Gochenée, Matagne-la-Grande, Matagne-la-Petite, Niverlée, Romerée, Soulme, Vaucelles, Vodelée

  • Viroinval

Dourbes, Le Mesnil, Mazée, Nismes, Oignies-en-Thiérache, Olloy-sur-Viroin, Treignes, Vierves-sur-Viroin

Les "Sart", "Bruly" et "Rode"

Autrefois l'implantation d'un nouveau village débutait par l'essartage de la forêt. On abattait les arbres et on brûlait. Les cendres enrichissaient le nouveau sol que l'on cultivait.

De là sont venues toutes les appellations de localités en sard, sars, sart, essars... ainsi que brulie, bruly, brulin... et leurs correspondants en flamand rode, rhode.

Dans la région :
Brûly-de-Pesche, Cul-des-Sarts, Sart-en-Fagne.

Vallée du Viroin, entre les Tiennes et les Sarts

A certains endroits, elles sont couvertes d'une végétation typique des sols riches en calcaire, une herbe rêche et coupante. En d'autres lieux, la faune et la flore sont particulièrement développées : les orchidées poussent en abondance et la cigale des montagnes craquette paisiblement.

Le terme "Les Sarts" trouve son origine dans un mode d'agriculture bien particulier : l'essartage du sol. Lors du défrichement des forêts, le bois était brûlé sur place avec l'herbe et les broussailles. On utilise ensuite les cendres comme engrais minéral pour pratiquer une ou deux années de culture temporaire.

Dans la commune de Viroinval, les collines calcaires sont appelées "Calestiennes" ou "Tiennes".

A Nismes, l'Eau Blanche et l'Eau Noire confluent pour former le Viroin, qui se jette dans la Meuse. Certaines parties de cette région sont classées comme réserves naturelles.

A Pétigny et à Couvin, vous serez fascinés par de surprenantes grottes et cavernes.

Le Viroin, c'est aussi la Fagne, les Marais, ces parties de terre qui tiennent l'eau.

Pays des carrières et des fonderies, dont une fit l'essor économique de Couvin.

Pays de Toine Culot, "maïeur" de Trignolles (Treignes), dont on connaît les frasques grâce aux oeuvres d'Arthur Masson, grand écrivain-wallon.

Treignes, village des musées, Oignies-en-Thiérache, centre géographique de l'Europe des 15, Mariembourg, point de départ du Chemin de Fer à Vapeur des Trois Vallées : autant de raisons de découvrir cette vallée sauvage, où l'on peut également contempler Soulme, un des "Plus Beaux Villages de Wallonie".