Le Lièvre
Lepus

Introduction

Les lapins et les lièvres présentent un certain nombre de similitudes avec les rongeurs mais sont classés dans un groupe séparé, ils font partie de l'ordre des lagomorphes. Ils ont une seconde paire d'incisives juste derrière les grandes incisives recourbées supérieures. Ils se caractérisent également par leur lèvre supérieure fendue et n'utilisent jamais leurs pattes antérieures pour saisir leur nourriture.

Il existe une trentaine d'espèces de lièvres de par le monde qui diffèrent entre elles par leur taille, leur coloris ou leur mode de vie. Les lièvres sont des animaux relativement solitaires vivants parfois en couple. La femelle du lièvre s'appelle la « hase » (mot emprunté à l'allemand) ; le petit du lièvre s'appelle le « levraut » (ou « levreau »)  ; le mâle reproducteur s'appelle un « bouquin » ; la hase a deux ou trois portées par an et possède trois paires de mamelles. La hase possède 2 matrices, et ainsi elle procrée en superfétation. Le cri du lièvre est le vagissement.

Description

Le pelage du Lièvre est de couleur fauve avec des poils noirs ; le dessous est blanc crème. Il diffère du Lapin de garenne par ses oreilles plus longues, noires au bout, une taille supérieure, un pelage plus jaunâtre, notamment en été. Le pelage dorsal comprend 5 types de poils: la bourre (15 mm), des poils fins (24-27 min) et les poils de jarre (32-35 min). Mues au printemps et en automne. Le pelage estival est un peu plus clair que celui d’hiver, plus roussâtre aussi. Mue juvénile à 900 g. Ses  pattes postérieures sont très longues et lui permettent de faire de grands bonds. Redresse la queue quand il court. Anomalies : mélanisme, albinisme, leucisme. 

Mensurations

La tête avec le corps mesure de 48 à 70 cm. Les pattes mesurent entre 115 et 150 mm. Le poids varie de 2,5 à 7 kg. Les mâles sont environ 5 % plus lourds que les femelles (hases). Le Lièvre possède 28 dents.

Habitat

Aujourd’hui, on trouve surtout le Lièvre dans les champs (« steppes cultivées ») en plaine. En montagne, il est présent jusqu’à 2 000 m. Abondance maximale dans les cultures de céréales, pommes de terre, etc. Fréquente aussi les lisières de forêts, les bois, les haies qui alternent avec les champs. En terrain sec. S’abrite dans un gîte (forme), faible dépression qu’il creuse dans la terre ou sous de hautes herbes, broussailles, haies ; l’arrière-train est dans le gîte et seuls le dos et la tête sont visibles. Les gîtes sont souvent utilisés plusieurs fois, sauf si l’animal est dérangé.
Les adultes occupent un domaine vital d'environ 300 ha et jusqu’à 800 ha, partagé avec d’autres sujets, chacun vivant principalement sur 10-20 ha pour se nourrir et se reproduire. Densité moyenne en automne 50/100 ha en Belgique, au printemps 20 à 30/100 ha ; seulement 7 à 8/100 ha en milieu moins favorable.

Régime alimentaire

De préférence, plantes herbacées sauvages (les graminées prédominent en hiver, les autres espèces (millefeuille, etc.) en été. Plantes cultivées : pousses de céréales, betteraves, navets en hiver, racines en été. Écorce les très jeunes arbres (seulement en hiver) et mange leurs rameaux et bourgeons. Absorbe parfois des cadavres de petits animaux.

Reproduction

La reproduction dure une grande partie de l’année. En Belgique, elle dure toute l’année pour les femelles sauf interruption en octobre-novembre. La femelle peut avoir de 1 à 4 portées annuelles de 2 à 4 levrauts (3 en moyenne). La maturité sexuelle du mâle apparaît à 6 mois, celle de la femelle à 6 mois pour celles nées dans l’année, à  7-8 mois pour les autres. Ovulation induite. La gestation dure de 41 à 42 jours (portées plus faibles en début et enfin de saison), femelles gestantes: 10 à 20 % en janvier-février, 90 % en avril-mai. Maximum de mises-bas d’avril à août, les dernières mettent bas en septembre, (cela valable pour la Belgique). Le Lièvre présente le phénomène de superfœtation : la femelle peut s’accoupler quelques jours avant la fin de la gestation précédente et a donc, pendant un bref délai, une portée de levrauts prêts à naître et une autre de tout petits embryons. Elle possède 6 tétines. Les jeunes naissent dans l’herbe, ont les yeux ouverts, un pelage complet et pèsent de 90 à 130 g. Ils peuvent se déplacer presque tout de suite. Le sevrage a lieu à 1 mois environ et jusqu’à 3 mois en fin de saison. Seule la hase s’en occupe : elle les allaite une seule fois par jour, environ une heure après le coucher du soleil et durant 5 minutes. Leur croissance : ils pèsent environ 1 800 g à 2 mois, 2 600 g à 3 mois, le poids de l’adulte est atteint à l’âge de 150 jours environ.

Longévité

Estimation de l’âge des sujets vivants par palpation des pattes : jusqu’à 9 mois, on sent, sur la face externe à la base du cubitus, une bosse qui disparaît ensuite.
Il vit 12,5 ans maximum dans la nature. Normalement, en automne, les jeunes représentent 50% de la population. Animal gibier très recherché (élevé en captivité pour être lâché). Nombreuses causes de mortalité  : chasse, trafic routier, beaucoup de levrauts sont tués par les machines agricoles dépourvues de barres d’effarouchement, pesticides (empoisonnement direct ou élimination de la flore sauvage), hivers rigoureux, maladies (tularémie, coccidiose chez les jeunes en automne, strongylose, pseudotuberculose). Prédateurs : Renard roux, Corneille noire et chiens errants pour les jeunes.

Sociabilité

Le Lièvre est solitaire sauf en période de rut (bouquinage) à la fin de l’hiver et au printemps où les sujets des 2 sexes se rassemblent, se poursuivent, se battent, sautent en l’air. Les femelles non réceptives repoussent les mâles ; plusieurs mâles poursuivent une femelle et les mâles dominants chassent les dominés. Il y a parfois aussi des regroupements temporaires aux gagnages surtout quand la neige recouvre le sol et l’on observe une hiérarchie entre les sujets des 2 sexes (seulement dans chaque sexe chez le Lapin de garenne). Le Lièvre est silencieux. Il pousse néanmoins des cris de détresse aigu. Il possède des glandes à odeur : anales, inguinales (plus grandes chez les femelles) et sous-maxillaires. Les glandes lacrymales et de Harder (orbitaires) jouent peut-être aussi un rôle quand le Lièvre fait sa toilette et les frotte sur ses pattes antérieures. Myope, mais yeux disposés latéralement (champ visuel presque égal à 360°). L'ouïe est excellente et l’odorat semble bien développé.

Comportement

Sédentaire, le Lièvre ne défend pas de territoire. Il est surtout nocturne mais aussi diurne (en été, matin et soir). Se nourrit tôt le matin, l’après-midi et le soir. Court très vite (atteint 60 km/h) et peut faire de grands bonds (jusqu’à plus de 3 m de long) lorsqu’il est poursuivi (dans ce cas, fait des crochets, saute de côté et revient sur ses pas). Nage bien. Peu visible quand il mange car tient les oreilles repliées sur le dos. Comme le Lapin de garenne, ingère certaines crottes (caecotrophes) molles et informes, émises la nuit, ce qui lui permet une meilleure utilisation des protéines et des vitamines contenues dans ses aliments.

Quelques photos

      
Cliquez sur les miniatures pour agrandir