Cliquez pour
agrandir

 

 

 

 

 

 


Maboge - 8 Km.
09 août 2012

Nous démarrons notre balade en traversant le pont enjambant l’Ourthe et nous allons tout droit sur un chemin empierré bordé de petits chalets. Un petit ru dénommé « ruisseau de Vâ » coule vers l’Ourthe sur notre gauche. Le chemin se rétrécit et nous arrivons dans une sapinière où un renard s’enfuit à notre approche, la côte est douce … pour le moment.

Plus loin un petit pont en rondins nous permet de traverser le ruisseau qui s’est tout à coup élargi considérablement. Après le pont nous allons à droite et directement à gauche en empruntant un petit sentier qui monte assez fort. Nous devons presque nous frayer un passage dans les fougères et les ronces, un autre ru coule paisiblement sur notre droite, la Balsamine de l’Himalaya commence à envahir la région, que faire pour contrer cette plante invasive ?

Nous nous asseyons sur un tronc d’arbre pour manger nos tartines, il me semble qu’elles sont toujours meilleures quand on les mange en pleine nature. Nous repartons vers la sortie de la sapinière, le chemin devient herbeux et le soleil nous accompagne.

Au T suivant nous allons à gauche, ça monte toujours, nous longeons un champ de blé. Un peu plus loin nous trouvons une petite route de campagne asphaltée, nous allons à droite jusqu’au T suivant non loin où nous irons cette fois à gauche, à cet endroit la vue est imprenable. Je crois que nous sommes au sommet de notre balade, nous observons une Buse Variable en vol stationnaire, on dit qu’elle fait « le saint esprit » si la Buse adopte ce genre de vol occasionnellement le Faucon Crécerelle, par contre, fait ça chaque fois qu’il repère une proie.

Nous ignorons une route avant gauche et nous allons tout droit sur un chemin en graviers au milieu des chalets occupés par des hollandais ou des flamands, je me demande par quel tour de passe-passe ces gens ont obtenu un permis de bâtir à ces endroits, le terrain est occupé au maximum au détriment de la nature évidemment.

Un peu plus loin, toujours dans les chalets, nous devons prendre un chemin empierré arrière gauche, la balise est présente mais il faut faire attention de ne pas la louper, ( voir la photo N°9 ), plus loin un panneau nous indique que nous sommes au « Sol Cresse » à une altitude de 345 mètres et nous découvrons une belle vue panoramique sur la forêt. Au niveau du chalet N° 68 nous allons à droite vers un bois de feuillus, nous commençons à descendre vers l’Ourthe, du moins c’est ce que nous croyons, l’endroit est silencieux, aucun bruit, pas de chalets, pas de moteurs. Nous observons plusieurs papillons « Citrons », ils sont nombreux dans cette région fleurie.

Au T suivant, une plaque nous indique « Baufays » nous allons à droite, le chemin descend toujours doucement et nous profitons du soleil. Nous arrivons au « Bois des Barraques » 335 mètres d’altitude comme un panneau nous l’indique, au T nous allons à droite, ça remonte un peu, nous restons sur notre gauche un peu plus haut pour redescendre mais cette fois c’est une descente sévère que nous abordons, le sentier est lisse et nous faisons très attention pour ne pas glisser, nous avançons doucement et prudemment. Un peu plus bas dans un virage à gauche la pente s’adoucit un peu mais c’est de courte durée, ça redescend de plus belle. L’Ourthe n’est plus très loin et nous sommes vraiment heureux de la voir après cette descente infernale. Nous longeons la rivière un bon moment et juste avant la courbe en épingle à cheveux nous trouvons la deuxième difficulté, une petite escalade dans les rochers s’impose si nous voulons retrouver l’Ourthe de l’autre côté. Comme nous venons de grimper il faut évidemment redescendre mais cette fois en pente beaucoup moins raide et moins dangereuse, plus bas nous arrivons à un container et à la « plage de Maboge » si on peut dire. Nous traversons cette plaine de jeux bruyante le plus rapidement possible pour rejoindre le pont, le traverser aussi rapidement et rejoindre notre voiture.

 

 

 

 


Cliquez pour
agrandir