Cliquez pour
agrandir

 


Marches-les-Dames - 8 Km.

Balisage : rectangle bleu

Très belle promenade qui vous conduira sur les sommets des aiguilles rocheuses de Marche-les-Dames, magnifiques points de vues, chemins et sentiers très praticables.

Nous démarrons juste à l’entrée du camp para-commando de Marche-les-dames et nous nous dirigeons vers Gelbressée, nous découvrons une première balise, rectangle bleu sur fond blanc, nous en verrons tout le long de la promenade, pour une fois la balade est bien balisée, ça méritait d’être souligné.

Nous montons cette route et nous découvrons sur notre gauche le château d’Aremberg à l’intérieur du camp militaire et nous sommes à une altitude de 82 mètres, la route forme un Y avec la route de Wartet mais nous restons à gauche tout en longeant le camp militaire. Nous prenons la première route à gauche, petite portion de macadam qui se termine par une barrière et se prolonge par un chemin de terre empierré qui monte vers les crêtes. Nous montons ce chemin en plein milieu de la forêt domaniale de Marche-les-Dames pendant environ 1 kilomètre. Nous arrivons au sommet où plusieurs chemins s’offrent à nous, nous prenons celui de gauche mais encore une fois à gauche tout de suite après, nous nous dirigeons vers les aiguilles rocheuses, les chemins sont secs, ça nous change un peu, nous arrivons à un carrefour avec un tout petit sentier qui descend droit devant nous mais nous allons à droite.

Attention le chemin forme un Y et nous ne suivons plus les balises bleues, et nous arrivons au sommet d’une aiguille, nous devrions prendre le petit sentier sur notre droite juste avant la crête rocheuse mais nous allons tout droit pour profiter du panorama sur la vallée de la Meuse. Nous sommes à une altitude de 179 mètres.

D’un côté, nous surplombons le château et de l’autre la Meuse et les villages aux alentours. Un couple de faucons crécerelles voltigent devant nous et pour une fois nous sommes à la même hauteur qu’eux, nous les reverrons plus tard pas loin de leur nid.

Nous revenons au petit chemin que nous aurions dû prendre si nous n’avions pas été sur le pic rocheux et nous nous dirigeons vers le deuxième pic, c’est un petit sentier étroit et nous avançons prudemment, il longe la falaise sans être pour autant tout à fait au bord. Le sommet de ces aiguilles rocheuses est planté essentiellement de pins sylvestres, un arbre que j’affectionne particulièrement. Encore un magnifique panorama, ça vaut vraiment le détour mais restez quand même prudents, nous nous remettons en route après ces deux haltes et nous continuons sur le chemin, nous ne prenons pas le petit sentier parallèle, il redescend vers la vallée, nous restons sur le chemin le plus large. Nous retrouvons une balise rectangle bleu, nous voilà revenu sur le chemin officiel. Nous nous éloignons des crêtes en nous enfonçant dans un bois, nous observons les mésanges et écoutons le chant mélodieux du rouge-gorge en pleine parade nuptiale, quelques sitelles torchepot nous saluent au passage. Le chemin continue tout droit mais nous prenons un petit sentier avant gauche balisé, quelques mètres plus loin le sentier forme un T et nous allons à gauche sur une chemin, nous arrivons une fois de plus à un magnifique point de vue et nous nous écartons du chemin pour admirer le paysage. Nous reprenons notre route et arrivons à un large Y et nous nous dirigeons à droite, nous sommes sur un sentier bordé de jeunes frênes, c’est la saison des morilles et comme elles poussent au pied des frênes, nous redoublons d’attention mais sans succès, nous ne trouverons pas de morilles aujourd’hui. Au T suivant, nous prenons à gauche, le chemin est en pente douce et nous descendons tout doucement vers la vallée, le sentier se rétrécit fortement pour devenir un sentier en tranchée et se met à descendre beaucoup plus fort, un peu plus loin il sera parsemé de grosses roches, sur une d’entre elles nous découvrons quelques violettes sauvages. Nous sommes maintenant à peu près au niveau de la Meuse et nous tournons à gauche en suivant le chemin de fer quelques mètres sur notre droite. Dans le talus sur notre droite des bruits attirent notre attention, une compagnie de mulots a élu domicile, nous les observons un moment et nous continuons notre route, le bord de ce sentier est planté d’arum prêts à fleurir, nous sommes passés 3 jours trop tôt.

Nous arrivons au pont et nous rejoignons la route droit devant nous pour rejoindre l’entrée du camp militaire, nous passons devant les monuments dédiés à la mémoire du Roi Albert Ier mort à Marche-les-Dames en 1934 des suites d’un accident d’alpinisme, la fin de la balade est au bout de cette route.

 

 

 


Cliquez pour
agrandir