Le mulot sylvestre
Apodemus sylvaticus

Présentation

Une souris inconnue de bien des gens et pourtant présente en aussi grand nombre que la souris domestique est le mulot sylvestre ou souris des bois. Le mulot sylvestre à une grande répartition géographique. Son aire de répartition couvre tout l’Europe jusqu’en Sibérie-moyenne. Il est même signalé en Afrique du Nord.

Description

Il ressemble à notre souris domestique, mais il y à quand même quelques différences.
Le mulot sylvestre est un animal svelte de 8 à 10 cm de long avec une queue de 8 cm et il pèse de 15 à 20 grammes.

Le Mulot possède 130 à 180 anneaux sur la queue.

Le Mulot diffère aussi des souris par ses oreilles, ses yeux et ses pattes postérieures plus grands.
Il diffère également du Mulot à collier (très proche) par sa taille inférieure, le collier jaunâtre faible ou absent (plus long que large et jamais complet), le nombre inférieur d’anneaux sur la queue, qui est foncée dessus et claire dessous. Son pelage est gris-brun dessus, plus ou moins roussâtre, avec des flancs brun-jaunâtre. Le dessous du corps est blanchâtre, souvent pas nettement délimité (voir Mulot à collier). Albinisme du bout de la queue chez environ 31 % des sujets dans certaines populations. Mélanisme et albinisme partiels connus. Les jeunes ressemblent beaucoup aux souris, mais ils n’ont pas l’odeur typique de celles-ci. Le pelage des juvéniles est gris-brun dessus et gris-blanc dessous. Mues printemps et automne (France). Mue post-juvénile (ventrale à dorsale à 5-7 semaines).

Le Mulot est nocturne mais aussi diurne (jusqu’à 2 heures avant le coucher du soleil et après l’aube) en été.
En été, les femelles gestantes et allaitantes sont actives toute la journée par petites périodes. En hiver, elles le sont surtout à l’aube et au crépuscule, au maximum après la tombée de la nuit. L'activité est réduite par clair de lune, humidité et froid. Les mâles sont plus actifs que les femelles.

 

Alimentation

Le régime alimentaire du Mulot est varié, les proportions des différents éléments changent selon leur disponibilité. Beaucoup de graines, jeunes plantes, plantes adventices des cultures, bourgeons, fruits mous et secs, champignons, mousses, escargots, arthropodes, vers de terre. Beaucoup de graines d’arbres en hiver. Au printemps et en été, il consomme des chenilles, mille-pattes, bourgeons, pousses. Il existe des différences de régime selon le sexe et l’âge. Apprécie le maïs doux, le blé, l’avoine et les mûres.

Il tient les graines entre ses pattes antérieures pour les ronger et laisse les glumes. On observe des traces de dents au bord des trous percés dans les noisettes. Il mange les carpelles des fruits de l’églantier et néglige la chair. Il ouvre les coquilles d’escargots à la base de leur spire. Le Mulot fait des provisions sous les troncs renversés, dans des fentes, des terriers, un vieux nid d’oiseau.

Reproduction

Elle a lieu de mars à octobre (pic en juillet/août) parfois toute l’année. Le tractus génital régresse en hiver. Les jeunes nés précocement peuvent se reproduire la même année. Ceux nés ultérieurement se reproduiront l’année suivante. La gestation dure de 19 à 20 jours, plus longue durant la lactation (implantation différée). Généralement, 1 à 2 portées annuelles (jusqu’à 4) de 4 à 7 petits (2-9 : variable selon la région et peut-être la saison). La femelle possède 4 paires de tétines (3 abdominales, une axillaire). Les jeunes naissent nus et aveugles. Ils ont un poids de 1 à 2 g. Le sevrage survient au bout de 18 à 22 jours. Seule la femelle s’en occupe.

Comportement et Communication

Le Mulot pousse des cris aigus et émet des signaux ultra-sonores pendant les disputes. Les mâles émettent des ultra-sons pendant la copulation et les jeunes jusqu’à l’âge de 24 jours. Il possède des glandes sébacées à l’angle de la bouche et sur les lèvres. Les mâles et femelles ont des glandes préputiales / clitoridiennes. Les glandes caudales des mâles sont plus grosses chez les plus vieux et les plus grands que chez les petits sujets. L'odorat et l'ouïe sont fins. Le Mulot est Insensible à la lumière rouge et infra-rouge, comme le blaireau par exemple (on peut aisément l’observer avec une lampe recouverte d'un plastique rouge transparent).

Le Mulot est très agile. Il peut faire de grands bonds s’il est poursuivi (jusqu’à 80cm). Il peut grimper sur les arbres et aussi nager. La peau de la queue est fragile et elle peut se détacher quand on saisit l’animal par cet appendice. Le Mulot souffre de la pollution de son milieu notamment pour ceux vivant en forêt : on a trouvé 1,14 ppm de plomb et 1,66 ppm chez ceux du bord des routes. Il peut être empoisonné par des grains traités : augmentation de 68 fois de la teneur en flieldrine dans les tissus et de 11 fois pour le mercure. Des expériences de dépaysement ont été menées : 100 % de retours à 336 mètres et 50 % à 663 mètres. Il semble qu’il peut s’orienter d’après le champ magnétique. Se nourrit parfois au-dessus du sol (par exemple dans un vieux nid d’oiseau).

Prédateurs

La durée de vie d'un Mulot est de 18 à 20 mois au maximum. Peu d’adultes survivent d’un été à l’autre.
La mortalité est très forte au printemps chez ceux qui ont passé l’hiver. Chez les jeunes, elle est forte au printemps et en été. Le Mulot possède de très nombreux prédateurs : Belette, Hermine, Blaireau, Sanglier, Fouine, Chat domestique et sauvage, Chouettes hulotte et effraie, hiboux, Faucon crécerelle, etc. La mortalité est accrue au printemps en raison de la dispersion consécutive aux batailles.

Quelques photos
Cliquez pour agrandir