Le Rat musqué
Ondatra zibethicus

Le Rat musqué (Ondatra zibethicus) n'a rien à voir avec le Rat, c'est un gros mulot adapté à la vie aquatique. C'est un rongeur de la famille des muridés de 30 à 40 cm de long, pesant jusqu'à 1,5kg (sec). Il est réputé pouvoir vivre une dizaine d'année en captivité, mais il ne dépasse que rarement 3 ou 4 ans dans la nature. Excellent nageur, il peut parcourir près de 100 m sans respirer sous l'eau ou y rester submergé et immobile plus de 15 minutes s'il se sent menacé.

Originaire d'Amérique du Nord il a été introduit en Europe au début du XXe siècle pour sa fourrure et comme sujet de curiosité (en Bohême au début du XXe siècle). Il a été élevé dans de nombreux élevages en Europe, avant que des individus échappés d'élevages ou volontairement libérés dans la nature ne colonisent les milieux naturels et agricoles. Il est devenu dans les années 1960 le mammifère le plus commun des cours d'eau des zones agricoles d'Europe de l'Ouest où il cause d'importants dégâts.

Il ne faut pas le confondre avec le ragondin (Myocastor coypus), un autre rongeur beaucoup plus gros (jusqu'à 9 kg) de la famille des capromyidés originaire d'Amérique du Sud, lui aussi introduit en Europe, mais moins invasif et passant plus difficilement l'hiver.

Description
Il possède une grosse tête avec des incisives puissantes, de fortes pattes postérieures frangés sur leur bord externe de petits poils natatoires.
Les membres antérieurs sont beaucoup plus courts.

· De solides griffes lui permettent de creuser efficacement les sols,

· Longueur : 50 à 61 cm, dont 30 à 36 cm pour la tête et le corps, 20 à 25 cm pour la queue, presque glabre, noirâtre, écailleuse et comprimée latéralement (A part le castor, c'est le seul rongeur qui n'ait pas une queue arrondie).

· Couleur : plus foncée sur le dos (brun à presque noir) et plus claire sur le ventre (brun-gris). Sa couleur peut légèrement varier avec l'âge.

· Fourrure : Un duvet très dense de sous-poils gris le protège du froid, sous une couche de poils de couverture rigides et brillants.

Alimentation

C'est un herbivore, mais si son régime alimentaire est essentiellement composé de végétaux, il le complète en hiver par quelques animaux aquatiques. Il est notamment capable d'ouvrir les coquillages (anodontes, moule zébrée qu'il casse toujours de la même manière).

 

 


Habitat

C'est un animal relativement ubiquiste, mais qui reste amphibie.
Il ne vit qu'à grande proximité des eaux dormantes ou courantes ; il creuse des terriers dans les berges débouchant normalement sous l'eau, ou lorsqu'il n'est pas dérangé construit des « huttes » rappelant celles des castors : amoncellements de branches et débris végétaux dans les roselières.
Il apprécie peu les berges en pentes très douces, notamment si elles sont piétinées par les animaux (leurs terriers s'effondrent).
Dès qu'il peut y creuser un terrier, éventuellement en passant sous les parois de béton, il n'hésite pas à coloniser les berges de canaux très fréquentés.

Reproduction

Dès la maturité sexuelle, acquise dès l'âge d'un an, le mâle et la femelle produisent - du printemps au début de l'été, via des glandes sexuelles - une substance à l'odeur musquée qui signifie qu'ils sont prêts à s'accoupler.
La gestation est brève (environ 30 jours), ce qui explique la prolificité de l'espèce : 2 à 3 portées par an sont possibles, avec 6 à 7 petits par portée, allaités de 21 à 28 jours. Le mâle s'occupe des petits avec la femelle, dans le terrier avant leur émancipation. A l’automne, les jeunes sont autonomes et quittent leurs parents pour chercher un nouveau territoire.

Espèce invasive

Cette espèces invasive a colonisé les cours d'eau du nord de la France et de la Belgique dans les années 1960 à partir d'animaux introduits ou échappés d'élevages, ou relâchés par des éleveurs alors que le cours de la fourrure chutait.

Il fait partie des espèces invasives en Europe, classé nuisible et faisant l'objet d'une lutte intensive dans les zones agricoles situées entre les pays bas et la région parisienne.

 

Impacts

Il cause des dégâts physiques aux digues et aux berges qu'il sape avec ses terriers. Il a aussi un impact significatif sur les roselières.
Capable de mobiliser environ 1 m3 de terre par an, le rat musqué y dégrade en effet les berges raides des fossés et des cours d'eau qui drainent les zones cultivées. Il déchausse les saules plantés au bord des mares et cours d'eau. Il est très difficile de le chasser et plus encore de l'éradiquer, car il se reproduit rapidement et il bénéficie dans ces régions d'une quasi-absence de prédateurs et d'une nourriture facile et très énergétique partout où les champs avoisinent les cours d'eau, ce qui est devenu très fréquent depuis que les remembrements dans les années 60 à 80 ont mis en culture des milliers de prairies alluviales et de bas-pays (céréales, maïs et pommes de terre ainsi que les betteraves sont appréciés de l'Ondatra). Dans cette région, l'USAN (Union des syndicats d'assainissement du Nord) coordonne la lutte contre le rat musqué sur son territoire et en lien avec ses homologues belges (flamands et wallons) depuis avril 1968.

Il peut véhiculer la leptospirose, l’hantavirose (et la maladie de Lyme dans les régions où les tiques sont nombreuses) et probablement d'autres maladies.
Il est considéré comme nuisible en Belgique, dans les Flandres belges et françaises, régions où il a trouvé un habitat idéal (nombreux cours d'eau aux berges raides où il se cache facilement et trouve une source abondante de nourriture d'origine agricole).

 

Quelques photos

     
Cliquez sur les miniatures pour agrandir