Le Robinier faux-acacia
Robinia pseudoacacia

C'est un arbre qui atteint 20 à 30 m de haut. Il est très souvent drageonnant et forme des bosquets parfois envahissants. Le tronc est gris-brun avec une écorce épaisse profondément crevassée dans le sens longitudinal. Les drageons et jeunes branches sont épineux.

Les feuilles caduques sont imparipennées, avec un grand nombre (de 9 à 19) de folioles ovales ; les stipules des feuilles portées par les rameaux non florifères sont transformées en épine aiguës, qui persistent plusieurs années après la chute des feuilles. Les fleurs sont blanches, en grappes pendantes parfumées et mellifères de 10 à 25 cm de long.[ Les fruits sont des gousses aplaties, de 7 à 12 cm de long, contenant plusieurs graines.[

Originaire de la région des Appalaches, à l’est de l’Amérique du Nord, il a été introduit en Europe où il y est généralement considéré comme une espèce invasive. C'est un arbre pionnier, se cantonnant aux terrains dégradés qu'il enrichit, en fixant l'azote par ses racines, étant une légumineuse. Il préfère les terrains humides, riches en calcaire mais peut se satisfaire de terrains secs.

Très dur, et quasiment imputrescible, ne nécessitant pas de traitement, pouvant remplacer les bois exotiques, il est considéré comme une essence très durable. Le bois des arbres qui poussent au bord de l'eau est cependant moins durable. Son bois jaune dur imputrescible est recherché pour la fabrication de piquets de vigne ou de clôture, parfois remplacé par le châtaignier dans les régions où il manque. Grâce à sa croissance rapide, ces utilisations assurent un débouché rémunérateur aux plantations de robiniers conduites en taillis. Facile à travailler, il était aussi utilisé en charronnerie.

Ses fleurs odorantes trouvent un débouché en parfumerie et sont à la source de l'un des miels de printemps les plus réputés - le miel d'acacia - un miel liquide à la belle couleur d'ambre clair.
L'ingestion de l'espèce est considérée comme toxique pour tous les animaux.
L'arbre est utilisé pour « végétaliser » les sols inertes, grâce à sa résistance au froid et à la sècheresse, et à son pouvoir de fixation de l'azote atmosphérique (propriété commune à toutes les Fabacées).
Sa croissance rapide, sa capacité de multiplication végétative importante (rejets de souche et drageonnage), sa production abondante de graines toxiques, sa capacité à fixer l'azote atmosphérique et la toxicité de son bois et de ses feuilles en font une espèce pionnière compétitive capable de modifier profondément les phytocénoses locales.

Cette espèce est généralement considérée comme très envahissante sur son aire européenne de répartition, empêchant la croissance des autres plantes notamment par concurrence à la pollinisation. Dans certains endroits il a pris la place de forêts entières de châtaigniers. Il peut être remplacé par des sorbiers.