pe" content="text/html; charset=windows-1252"> Roly - 8 Km


Cliquez pour
agrandir

 

 


Roly - 8 Km.
18 août 2009

Nous sommes dos à l’église Saint Denis et nous descendons vers la place servant aussi de ballodrome, nous allons directement à droite en admirant un ancien lavoir très esthétique, nous montons la rue du Bois Saint-Jean que nous allons quitter un peu plus loin en prenant à droite au Y suivant.Nous continuons à monter dans la rue de l’Azeille, un peu plus haut nous pouvons admirer la fagne namuroise dans son ensemble, la côte s’adoucit et le tarmac laisse la place très vite à un chemin empierré.

Nous longeons une réserve naturelle mais nous restons sur ce chemin, les papillons sont présents en nombre, une magnifique Ecaille martre nous accompagne un moment, nous passons devant le chêne Marie-Madeleine sur notre droite. Un gros chêne pédonculé portant la réplique d’une statue de la Vierge datant du XVIIIème siècle. Nous marchons quelques temps entre les taillis et nous trouvons un chemin à gauche avec un panneau « Réserve naturelle » de l’association Ardenne et Gaume. Une autre réserve naturelle se trouve plus bas et est, celle-ci, gérée par Natagora.

Cette réserve Natagora se localise au sud du village de Roly et comprend plusieurs étangs et leurs ceintures de végétation marécageuse d'un grand intérêt pour l'avifaune aquatique. Cette région est la seule en Wallonie à accueillir des cygnes sauvages en hiver. La réserve est constituée de prairies humides anciennement fauchées et/ou pâturées, bordées par des fossés où se développent encore de petites roselières à phragmites. Cet ensemble proche des plans d'eau est une zone-refuge pour une avifaune diversifiée encore soumise à une forte pression de chasse. Quelques vieux saules isolés et des haies vives confèrent une grande valeur paysagère au site. Elément important car l'on assiste à une dégradation importante du bocage dans la campagne environnante.

Nous passons devant une dernière maison isolée, nous trouvons au bord du chemin de l’Origan que je prends d’abord pour du Serpolet, nous continuons tout droit vers des prés de fauche longés par des bois de feuillus. Nous sommes au beau milieu de prairies sèches au sol calcaire. Les prés ont été fauchés depuis peu, dommage pour nous, mais de nombreux papillons y trouvent encore de quoi se nourrir. De nombreux Azurés dont le Bleu céleste virevoltent de fleur en fleur. Les derniers coquelicots bordent le chemin. Nous n’entendons aucun bruit si ce n’est celui d’un léger vent et de quelques oiseaux criant dans les bois.

Nous quittons ces prairies pour nous enfoncer dans un bois, pour trouver une relative fraîcheur, il fait très chaud aujourd’hui. C’est une forêt d’épicéas assez monotone qui laisse vite la place à des feuillus. Nous sommes à nouveau en terrain découvert avec une prairie sur notre droite et des feuillus sur notre gauche, nous nous dirigeons vers Villers-en-Fagne, nous sommes maintenant en plein soleil et il tape dur.
Nous nous arrêtons dans ce village pour manger une tartine et en levant les yeux au ciel, nous apercevons 4 cigognes blanches tournoyant dans l’espoir de trouver des courants ascendants, c’est déjà la saison des migrations pour certains oiseaux et ceux-ci sont en route pour le Sud.
Nous sommes au milieu d’un grand carrefour et nous allons directement à droite dans la direction de Matagne-la-Grande avec l’église sur notre gauche.Quand la route tourne à gauche, nous allons tout droit dans cette légère côte, un peu plus loin, la route tourne encore à gauche mais nous prenons à droite sur un chemin empierré en longeant un vieux verger en bien mauvais état.

Les fermiers s’activent, l’air embaume le foin retourné, un très beau panorama s’offre à nous juste à l’entrée du bois. Au milieu du bois, une clairière où nous pouvons observer des dizaines de syrphes, d’abeilles et de papillons sur des Eupatoires et diverses Berces et nous profitons du silence. Nous arrivons à un T, nous sommes déjà passés par ici en allant vers Villers, nous allons à droite en cherchant le deuxième chemin sur notre gauche, le premier ne menant nulle part. Nous nous engageons sur ce chemin de terre, nous sommes toujours dans les sous-bois, le bois de Cumont. Ce chemin laisse place à une forte pente descendant vers la route reliant Roly à Villers-en-fagne, nous allons malheureusement retrouver le macadam.

En bas de cette pente, nous devrons sauter un fossé mais nous pouvons l’éviter en longeant le bois vers la gauche, un peu plus loin nous sommes au même niveau que la route. Nous allons rester sur cette route jusque Roly en admirant les coteaux sur notre droite.

Sur la route du retour, nous nous sommes arrêtés près d’une vieille grange où une Effraie des clochers avait élu domicile, j’ai ramassé quelques pelotes de réjection, je vous laisse découvrir ce qu’elles contenaient.

 

 

 


Cliquez pour
agrandir