Cliquez pour
agrandir

 

 

 


Saint-Hubert - 8 Km.
18 mars 2010

Nous garons notre voiture devant la ferme de Chirmont qui n’est d’ailleurs plus une ferme mais une énorme demeure non occupée, on me dira plus loin que c’est un caprice de gros bourgeois ne sachant que faire de son argent. Nous nous dirigeons ensuite vers le parc à gibier en suivant les balises losange couché bleu sur une petite route qui monte légèrement, le parc à gibier, fermé en cette saison, est un peu plus haut, nous le contournons.
Au bout du parc nous sommes sur un chemin de terre où des mouflons nous regardent passer, nous traversons un petit ru avant d’aborder une forte pente qui nous conduira aux étangs du prieur qui n’a rien de sensationnel, il est encore en partie gelé. Les grenouilles ont pondu, elles sont tardives cette année sans doute à cause du gel persistant de cette fin d’hiver. Par contre de l’autre côté de cet étang se trouve une zone humide qui doit être du plus grand intérêt, nous traversons encore un petit pont en bois et nous abordons la forêt proprement dite.
Nous abordons un chemin en légère côte, la forêt est silencieuse si on ne tient pas compte des nombreux oiseaux chanteurs qui nous accompagneront tout le long de notre parcours, un ruisseau sur notre droite brise aussi un peu ce silence mais nous ne nous en plaindrons pas.
Nous allons rester dans la forêt un bon bout de temps, en haut de cette côte nous arrivons à un T, des épicéas ce dressent devant nous, nous allons à gauche dans un coupe-feu en longeant cette parcelle d’épicéas.
Nous arrivons à une grande clairière, nous prenons à droite et puis tout de suite à gauche vers la longue montée en ligne droite entre les épicéas et les pins sylvestres, les geais des chênes chahutent dans la forêt, ils sont à la recherche d’une partenaire et poussent de longs cris pour les attirer. Les premiers papillons sont aussi de sortie, nous croisons notre premier citron de l’année, en haut de cette côte nous tournons à droite, un peu plus loin nous trouvons un autre coupe-feu au lieu dit « Arbre de Palogne altitude 545 mètres ».
Nous traversons un peu plus loin une petite route asphaltée et tout de suite après nous allons à droite sur un sentier parallèle à cette route. Nous sommes toujours dans la forêt, au chemin de traverse suivant nous allons tout droit, nous suivons les balises et nous nous retrouvons sur le tarmac en tournant à gauche puis à droite au T qui se trouve 25 mètres plus loin.Nous ne changerons plus de direction pendant un bon moment, nous sortons du bois et nous nous retrouvons sur les hauteurs de Saint-Hubert, un élevage de lamas nous saluent au passage, je ne m’approche pas trop je n’ai pas envie de me faire cracher dessus.Un peu plus loin une autre balise sur un poteau nous invite à tourner à droite et nous diriger vers les prairies, au passage nous constatons que la dernière tempête a fait pas mal de dégâts, pas mal d’épicéas sont couchés sur le sol. Au T suivant nous allons à gauche sur un chemin empierré, nous marchons vers Saint-Hubert avec devant nous un vue sur les premières maisons.
Un peu plus bas, nous trouvons un panneau didactique avec un banc, c’est en fait le départ officiel de la balade mais je n’aurais pas aimé abandonner ma voiture dans ce coin désert.
Nous nous enfonçons à nouveau dans la forêt de Fays au milieu de feuillus, ça nous change des épicéas, un peu plus loin nous retrouvons la civilisation et la route en tarmac, nous allons à droite en nous dirigeant vers la ferme de Chirmont, fin de notre balade.

 

 

 


Cliquez pour
agrandir