Cliquez pour
agrandir
 


 


 


 


 


 


 


 

 


Seilles - 9,6 Km.
15 avril 2009

A Seilles, vous découvrirez l’église Saint-Etienne, un édifice roman de type classique, construit en pierres calcaires, grès et schiste, il date du XI ème siècle.
Avant d’être une église, sa tour massive servait à la défense et au refuge des habitants du village en temps de guerre, on peut encore voir cela aux meurtrières et à l’épaisseur des murs.

Dos à l’église, nous montons la rue du Cimetière sur notre droite, nous contournons ce cimetière et nous arrivons à une autre route en T, nous allons à droite, nous croisons les routes donnant accès aux carrières et 100 mètres plus loin nous nous engageons dans le chemin empierrés à gauche, nous nous dirigeons à ce moment vers la réserve naturelle de Sclaigneaux.
A gauche, nous avons déjà une vue magnifique sur le Village de Seilles mais aussi sur les nombreuses carrières de la région. Nous marchons pendant un petit moment sur un sentier parallèle à ce chemin. Nous redescendons sur le chemin principal et nous arrivons à l’entrée de la réserve naturelle.
Deux entrées dont une avec une barrière métallique, nous entrons par là et nous progressons sur un sentier de terre un peu boueux à certains endroits, il y a eu un orage assez violent la veille.
Nous entendons notre premier Pouillot fitis de l’année, il est tout près de nous, nous ne le voyons pas mais son chant résonne dans le silence de ce sous-bois. Nous trouvons un panneau didactique et nous entrons dans le sentier sur notre gauche, je vous parlerai plus longuement de la réserve dans la rubrique du même nom mais pour l’instant continuons notre balade. Nous arrivons à un point de vue sur la Meuse et l’autre versant de la vallée, l’endroit est magnifique, nous nous arrêtons un long moment pour profiter du calme et de la vue reposante, nous pouvons admirer le château de Cherimont sur l’autre rive. Nous reprenons notre route en suivant le petit sentier longeant les prés calcaires et au piquet peint en blanc sur le sommet et muni d’un petit panneau représentant un sens interdit, nous prenons à droite en continuant à suivre ces piquets peints en blanc, nous passons à côté d’un trou cerclé de barrières en bois et nous arrivons à un T, nous allons à droite, encore un T un peu plus loin et nous allons cette fois à gauche.
Le sentier est bordé de Troènes, de Fusains et de Prunelliers en fleurs, nous arrivons à la limite de la réserve nous trouvons un portail sur notre droite, deux gros piquets en bois qui donne sur un champ cultivé, nous allons longer ce champ pendant un bon moment et c’est là que nous trouvons des Morillons le long du bois sur notre gauche, champignons délicieux que je m’empresse de mettre dans mon sac à dos. Ce chemin n’est pas vraiment bien marqué, c’est plutôt une bande herbeuse d’une dizaine de mètres de large entre le champ et le bois, le chemin se prolonge cette fois sur la terre. Nous arrivons à un T et nous allons à gauche, le chemin descend entre deux rangées d’épicéas. En sortant du sous bois, nous avons devant nous d’immenses prairies et quelques maisons, au T suivant nous allons à droite sur le macadam, nous ne marcherons pas souvent sur le dur, la balade compte environ 80% de chemins de terre ou empierrés. Nous allons tout droit en ignorant une route à gauche et juste avant l’entrée du village de Landenne nous prenons à droite, 100 mètres plus loin à gauche dans un chemin empierré signalisé par une petite pancarte « Propriété privée, entrée interdite », je ne crois pas que ce panneau soit bien légal, ce chemin ne donne pas accès directement à la ferme un peu plus loin mais rejoint une autre route. Nous passons devant la ferme Libois et son petit étang où nous observons des Cygnes et un couple d’Ouettes d’Egypte avec deux poussins, au T 50 mètres plus loin nous allons à droite en retrouvant la terre sous nos pieds, les Surelles ou Pains de coucou colorent de blanc le bord de ce petit sentier. Nous sortons du petit sous-bois pour nous retrouver au milieu de prairies verdoyantes, le sentier herbeux rétrécit de plus en plus pour s’arrêter devant un champ cultivé mais pas de panique, il y a des traces de quads qui traversent ce champ et qui nous permettent de traverser sans rien abimer. Au bout de ce chemin improvisé nous trouvons un gros piquet en fer avec un tas de pierres au pied, nous tournons à gauche non sans admirer le magnifique paysage que s’étend devant nous. Nous sommes maintenant sur le chemin officiel, un peu plus loin nous passons sous une ligne électrique haute tension, nous allons tout droit vers les maisons un peu plus bas. Nous entendons le bruit des voitures circulant sur la grand route en contrebas mais nous allons rester sur ce chemin de terre qui monte et qui descend à la manière des montagnes russes en passant à côté d’une petite vigne.
Nous longeons une plantation de jeunes arbres dont le sol est tapissé de Ficaires fausses renoncules, le sol est jaune de ces petites fleurs printanières, l’orage menace, nous pressons un peu le pas.
Plus bas nous revenons sur une route, nous allons à droite en marchent sur un sentier parallèle en graviers, nous sommes revenus à Seilles, nous laissons la rue du Neuf Moulin sur notre gauche, nous continuons tout droit dans les ruelles de Seilles en descendant vers l’église que nous apercevons maintenant tout en bas.

Ah oui les Morillons, je les ai mangés le soir même, délicieux, je me suis régalé mais attention ces champignons sont toxiques crus, il faut les nettoyer convenablement, les cuire dans de l’eau bouillante pendant au moins 10 minutes, jeter l’eau, ajouter un peu de crème fraiche, réchauffer encore un peu et déguster avec une croute de pain et un bon verre de vin.

 

 


Cliquez pour
agrandir