Cliquez pour
agrandir


Solwaster - 10 Km.
03 septembre 2010

Solwaster fait partie de la commune de Sart-lez-Spa unie à Jalhay par la grâce de la trop fameuse fusion des communes. Charmant et paisible village, blotti aux pieds des collines qui forment contrefort du haut plateau de la FAGNE. Il a conservé un caractère de calme et de paix, malgré les grandes transformations de ses chemins et de ses maisons. Tant de promenades le long de la rivière et des ruisseaux ou encore dans la Fagne toute proche sont merveilleuses et valent la fatigue ...

La balade que je vous propose est déconseillée aux débutants, il faut marcher sur un terrain parsemé de grosses pierres et de grosses racines d’arbres, nous avons du vraiment faire attention où nous mettions les pieds.

Dos à l’église, nous allons tout droit dans ce joli petit village où il fait, sans aucun doute, bon vivre et nous trouvons très vite notre première balise « rectangle bleu », la balade est très bien balisée, aucun souci à se faire de ce côté-là.
Nous sortons du village et nous entendons déjà La Statte qui coule en contrebas, la route descend légèrement et nous passons sur un pont enjambant ce ruisseau bien tumultueux déjà. Nous arrivons dans un endroit aménagé, parking, banc et tables, tout est prévu pour ceux qui veulent démarrer la balade de cet endroit, nous allons donc à droite et débutons notre remontée de La Statte.
Nous ne devrons pas changer de direction avant longtemps, au rocher de Bilisse nous devrons aller tout droit aussi et ne pas suivre les balises vers le dolmen, nous irons plus tard. L’émerveillement est garanti, ce ruisseau et ses nombreux affluents aux multiples cascades et torrents nous dépaysent totalement, nous ne savons où regarder tellement l’endroit est idyllique. Nous avançons doucement et en silence, l’air embaume d’odeurs forestières mais aussi de champignons qui sont très hâtifs et en nombre important, c’est une année exceptionnelle pour les amateurs d’omelette aux cèpes de Bordeaux par exemple. Je vous en propose quelques uns en photos.

Nous devrons passer sur plusieurs passerelles en bois tout le long du trajet mais rassurez-vous sans aucun risque. Par contre le sol est parsemé de rochers et pierres de toutes tailles sans compter les nombreuses racines d’arbres sortant carrément du sol, la prudence est de mise.
Cette forêt semble sortie d’un conte fantastique, les chemins tortueux, les racines au sol et les rochers épars rendent l’endroit mystérieux mais j’ai peut-être trop d’imagination, je m’attends pourtant à voir surgir nains, fées et autres farfadets … bon j’ai gardé une âme d’enfant … et vous ?

Nous arrivons au rocher de Bilisse, vous trouverez les explications avec la photo, comme je le disais nous allons tout droit vers la grande passerelle devant nous. Rien à dire rien à faire, que marcher et admirer tout ce que nous trouvons autour de nous. Je dois avoir fait 200 photos, difficile de choisir celles que je vous destine.

Après cette passerelle, le sentier est de plus en plus difficile mais pas dangereux, il faut juste faire un peu plus attention que d’habitude. Nous sommes au milieu d’une forêt plantée de hêtres et de chênes d’Amérique mais aussi de chênes bien de chez nous, je ne trouve pas mes mots pour décrire ce parcours merveilleux.

Les affluents de La Statte sont de petits torrents qui viennent se rajouter au bruit délicieux de toute cette eau courante. Attention au balisage, il y a quand même quelques zig zag à effectuer tout en restant à proximité du ruisseau. Nous arrivons à la cascade des Nutons que vous pouvez voir sur la vidéo (que je ne laisserai pas longtemps sur le site), un endroit merveilleux de plus, nous y resterons un long moment.

Nous montons sur une route et nous traversons le pont en pierre pour prendre tout de suite à gauche toujours en remontant La Statte qui se trouve maintenant sur notre gauche. Le ruisseau se fait plus discret, nous ne sommes plus très loin de sa source, nous n’irons toutefois pas jusque là.

La forêt fait place à un paysage plus fagnard, très marécageux mais praticable, des caillebotis facilitent notre progression. Nous arrivons à la fontaine de chasseurs, grrrr, un peu plus loin nous nous retrouvons au milieu d’une mise à blanc de sapins douglas, l’endroit n’est pas réjouissant mais nous le quitterons assez vite pour nous diriger vers le « Pierrier » en tournant le dos à La Statte.
Le « Pierrier » comme son nom l’indique est un petit terrain parsemé de pierres que nous devons traverser pour nous enfoncer à nouveau dans un petit bois et sur un tout petit sentier.

Nous arrivons à un large chemin forestier, presqu’une route, nous allons à droite, un semblant de carrefour un peu plus loin, nous continuons tout droit en suivant cette longue ligne droite en pente douce. Un petit ru coule parallèlement à ce chemin, c’est ce petit Ru qui forme la cascade des Nûtons beaucoup plus bas. Maître renard montre le bout de son nez un peu plus loin avant de s’enfuir ventre à terre à notre approche. Nous retrouvons une route asphaltée, nous allons à droite vers le pont de pierre que nous avons traversé tout à l’heure, nous traversons ce pont et prenons à gauche un peu plus haut. Nous revoilà sur un sentier empierré plat, à la cabane des Nûtons, nous allons à gauche.

Nous arrivons à un sommet avec vue sur les sapins ardennais et un peu plus loin un Y et nous allons à gauche vers la « rocher de Bilisse », le chemin herbeux devient vite un petit sentier qui se dirige vers le Bois de Ronfâhai, nous sommes maintenant au dessus du « rocher de Bilisse » et nous allons amorcer notre descente. C’est une descente assez difficile protégée toutefois par une grosse rampe en bois, heureusement car cette pente est assez raide et je vous recommande la plus grande prudence pendant cette descente. Nous voilà à nouveau au pied de ce rocher, nous croisons notre itinéraire de tout à l’heure et nous allons prendre, cette fois, la direction du dolmen en passant sur une passerelle enjambant La Statte, une petite côte longeant un torrent dans les bois va nous emmener à ce fameux dolmen, énorme pierre plate au milieu de nulle part. Si je devais coter ce sentier qui grimpe vers le dolmen, je lui donnerais quand même 4 sur 5. 5 étant le max en difficulté.

Nous sommes toujours en région fagnarde donc assez humide, voilà le dolmen et il y a à cet endroit, ce que je qualifierais de cafouillage de balises, avec le dolmen sur notre gauche il faut continuer tout droit comme l’indique une balise sans tenir compte des autres balises qui disent de tourner à gauche vers la côte. Un peu plus loin, nous sortons du bois en passant une barrière, il faut simplement ouvrir un passage dans les barbelés que vous refermerez soigneusement après.

Nous voilà maintenant sur un large sentier ouvert bordé de haies, le soleil est présent, nous ne l’avions pas vu beaucoup sous le couvert de la forêt. Un carrefour bizarre, nous allons à gauche puis tout de suite à droite, Solwaster est au bout de cette route.

 

 


Cliquez pour
agrandir