Tellin - 12 Km.

05 novembre 2006

Très belle balade que je recommande particulièrement, nous traverserons une réserve forestière comprenant une hêtraie remarquable pour rejoindre la Haute Lesse et ensuite circuler sur des petites routes de campagne. Il y en a pour tous les goûts.

Dos à l’église, nous nous dirigeons sur notre gauche dans la direction de Beauraing, environ 400 mètres après nous arrivons à la chapelle Notre Dame de Bon Secours et la route forme un Y avec en plus une route perpendiculaire à droite, nous prenons la branche droite du Y pour arriver à un carrefour que nous traversons tout droit. Nous sommes toujours dans le village de Tellin, la route forme à nouveau un Y et nous prenons la branche de droite. Nous laissons ensuite deux rues sur notre droite pour enfin sortir du village qui se termine par un joli petit chalet en bois. La route rétrécit entre les grands épicéas et  pins sylvestre, nous trouvons nos premiers champignons qui sont en fait des polypores, champignons saprophytes poussant sur une souche. Un peu plus loin d’énormes pholiotes remarquables poussent sur une souche, nous passons un pont enjambant un tout petit ruisseau et nous prenons à gauche au T juste après, nous sommes enfin sur la terre. Un panneau nous indique que nous sommes dans la réserve forestière des Chenets à une altitude de 215 mètres, et nous entrons dans le bois en longeant le ruisseau sur notre gauche. Nous respirons à pleins poumons, le sol est recouvert d’un épais tapis de feuilles fraîchement tombées, les senteurs sont extraordinaires. Une petite bande d’herbes nous sépare du ruisseau mais nous l’entendons ruisseler, les feuilles amortissent nos pas et nous pouvons profiter du moindre bruit de la forêt. En longeant ce petit ruisseau, nous arrivons maintenant au « trou des Nutons » où nous devons traverser un petit pont en rondins pour continuer sur l’autre rive. Passé cette passerelle, nous continuons ce chemin et nous grimpons une petite côte très raide pendant 50 mètres environ, la distance n’est pas grande mais c’est presque de l’escalade, le chemin a disparu sous les feuilles. Au sommet de cette côte, nous allons tout droit, épicéas sur notre gauche et pins sylvestre sur notre droite, nous ignorons un chemin arrière gauche et nous arrivons à ce qu’on pourrait appeler une aire de repos avec une chaise en bois et deux petites tables qui devaient servir vraisemblablement à ces petits personnages imaginaire que nous appelons "Nutons". Nous longeons un petit moment une prairie bien verdoyante avant d’arriver à un T et nous prenons à droite. Une pancarte nous indique que nous sommes au « Carroi », altitude 250 mètres.

Nous pouvons encore admirer de nombreuses variétés de champignons, de véritables tapis de foliotes changeantes entre autres. Nous arrivons au lieu dit « la Haute Roche » où nous pouvons admirer la vallée et la Haute Lesse coulant dans le fond, la vue est superbe.

« Le Rocher à Pic ou Haute Roche appartient à la terrasse la plus haute et la plus ancienne de la Lesse, il surplombe la rivière qui a creusé son lit dans le calcaire et domine le bois d’Ellinchamps, superbe hêtraie, calcicole classée réserve forestière. La vallée dont le versant droit est nettement plus escarpé que le gauche s’élargit dans le schiste tendre, là s’est installé le village de Belvaux, la vue s’étend sur toutes les collines calcaires (les tiennes), les unes ont été boisées, d’autres (notamment la réserve naturelle domaniale de Lesse et Lomme) ont conservés la flore caractéristique des pelouses sèches. En arrière du rocher à pic s’étend un vaste plateau cultivé contrastant avec les prairies alluviales du fond des vallées et des bois des versants ».

Nous sommes en plein milieu de la chênaie et nous continuons tout droit. Nous arrivons à un endroit où nous pouvons admirer deux petites sculptures en bois représentant deux chevreuils, nous sommes à la crête d’Ellinchamps, altitude 260 mètres, nous devons descendre la pente abrupte sur notre droite pour rejoindre la Lesse dans la vallée. Cette descente est assez dangereuse et nous faisons très attention de ne pas glisser sur ce tapis de feuilles qui masque le chemin. Nous arrivons au bout de cette descente infernale pour arriver à un T et nous allons à gauche. Nous allons rester encore quelques centaines de mètres dans le bois en longeant la Lesse qui est maintenant à notre niveau. La réserve est maintenant derrière nous et après la carrière abandonnée, nous arrivons à un T juste devant le château du coin, nous prenons à droite et nous traversons le pont de pierre surplombant la Lesse, une colonie de colverts s’ébattent dans l’eau et tout de suite après le pont à gauche, nous retrouvons un petit chemin de terre qui va nous conduire à un étang et une passerelle permettant de traverser à nouveau la Lesse pour rejoindre le moulin de l’autre côté.

Un peu plus loin nous laissons une route arrière droite et 30 mètres après, nous prenons la route sur notre droite, nous allons rester sur cette route pendant environ 800 mètres jusqu’au moment où nous apercevrons le clocher de l’église de Resteigne en arrivant à un T que nous prenons à droite mais attention nous devons emprunter directement à gauche derrière l’église qui devra se trouver sur notre droite. Après le cimetière, T gauche puis tout de suite à droite où nous apercevons le couvent de Béthanie, magnifique bâtiment en pierre du pays. Nous quittons les maisons et 3 routes s’offrent à nous, nous prenons celle du milieu, une petite côte bordée de sapins, encore quelques champignons dans le sous bois que nous identifions avant de continuer. Nous arrivons sur un plateau où nous pouvons admirer les forêts aux alentours tout en longeant des champs nus et prairies vides. Le paysage s’étend devant nous à perte de vue. Une route arrière gauche mais nous allons tout droit, Tellin n’est plus très loin. Nous arrivons au lieu dit « Croix de Stan » à une altitude de 255 mètres, comme vous avez pu le remarquer, il n’y a pas de dénivelés très importants. Il ne nous reste plus qu’à rejoindre Tellin en restant sur ce morceau de route que nous avons déjà parcourue à l’aller pour rejoindre l’église, destination finale.